Cannes : La mairie bloque quatre opérations immobilières « contre les abus des locations de meublés touristiques »

URBANISME La ville a refusé un « changement de destination » à des investisseurs qui avaient entrepris de transformer des immeubles d’habitation entiers en meublés de tourisme

F.Bi.

— 

Une vue sur la Croisette de Cannes
Une vue sur la Croisette de Cannes — Valery Hache AFP

Trop, c’est trop pour la mairie de Cannes. La municipalité de la cité des festivals vient d’annoncer qu’elle venait de « bloquer quatre opérations massives de type Airbnb » pour « lutter contre les abus des locations de meublés touristiques ». En clair, la ville a refusé un « changement de destination » à des investisseurs qui avaient entrepris de transformer des immeubles d’habitation entiers en meublés de tourisme.

« Ces opérations massives commerciales par acquisition d’immeubles, les vidant de leurs habitants, doivent être combattues car elles accentuent la crise du logement et génèrent une concurrence déloyale vis-à-vis des hôteliers », appuie la mairie. Et de préciser, qu’à l’inverse, « l’activité de location de meublés de tourisme par des particuliers a des effets positifs que la mairie de Cannes accompagne ».

Le PLU bientôt modifié

Les immeubles concernés par la récente décision municipale se situent dans l’hyper centre de la cité des festivals, dans les rues Marceau, des Belges, Félix-Faure et dans l’avenue Maréchal-Joffre, prisé par les touristes et les congressistes.

Pour aller plus loin, la ville fait savoir que le P.L.U. sera modifié en 2020 pour interdire ce type de changements de destination, plus particulièrement dans les quartiers en tension. Ce qui permettra « d’éviter des décisions au cas par cas, sources de contentieux ».