Côte d’Azur : Enquête sur une possible arnaque immobilière entre la France et les Etats-Unis

ABUS DE CONFIANCE Des particuliers de la Côte d’Azur pensaient investir dans l’immobilier à Detroit

20 Minutes avec AFP

— 

Une maison saisie et à vendre aux Etats-Unis (Illustration)
Une maison saisie et à vendre aux Etats-Unis (Illustration) — Spencer Platt Getty

Une enquête préliminaire pour « escroquerie » et « abus de confiance » est ouverte. Une dizaine de plaintes de personnes s’estimant flouées après avoir cru investir dans l’immobilier aux Etats-Unis par l’intermédiaire d’une société de la Côte d’Azur ont été reçues au parquet de Grasse (Alpes-Maritimes). D’autres pourraient encore arriver.

Dans cette affaire, révélée par Mediapart, les clients ont investi ces dernières années des sommes pouvant tourner autour de 50.000 à 70.000 dollars (46.000 à 64.000 euros) l’unité dans ce qu’ils pensaient être des biens immobiliers mis en location à Detroit.

Une pyramide de Ponzi ?

Les investissements leur étaient proposés par une société de Sophia Antipolis, qui les « mettait en relation avec un tiers », a précisé la procureure de Grasse Fabienne Atzori. Les clients se voyaient promettre des biens « pas très chers, rentables, avec une solution de financement très avantageuse et très peu se déplaçaient pour voir » les immeubles.

L’enquête s’annonce complexe : elle recouvre des faits commis en partie à l’étranger et devra déterminer le caractère organisé ou non d’une éventuelle escroquerie et « l’existence ou non de plaintes antérieures », a précisé la procureure.

Parmi les hypothèses que devront examiner les enquêteurs, celles d’une pyramide de Ponzi, l’une des escroqueries d’ampleur les plus classiques : une victime achète un bien et reçoit des loyers qui sont en fait financés par le recrutement d’une deuxième victime, la fraude pouvant prospérer ainsi jusqu’à prendre des proportions considérables.