Equipe de France : Deschamps est « convaincu que Griezmann n'est pas heureux de cette situation à Barcelone »

FOOTBALL Le sélectionneur de l'équipe de France soutient Griezmann dans la galère

William Pereira
— 
Une image qu'on voit un peu trop ces derniers temps
Une image qu'on voit un peu trop ces derniers temps — Francois Mori/AP/SIPA

On avait quitté Antoine Griezmann en équipe de France comme ce petit oiseau blessé recueilli sur le pas de la porte dont on aurait pansé les plaies à l’arrache dans l’espoir qu’il puisse revoler de ses propres ailes. En vain. Grizou revient à Clairefontaine, les valises pleines d’incertitudes ramenées directement de Barcelone​, où son nouvel entraîneur, Ronald Koeman, lui tape déjà le bout des doigts.

« Lorsque j’ai remplacé Griezmann [à la mi-temps contre le Celta], c’était un changement tactique, a dit le Néerlandais en conf d’après-match. Quand Ansu Fati est là, nous avons plus de profondeur, le rythme est plus élevé. C’est ce dont nous avons eu besoin au Celta, avec un joueur de moins. Griezmann a eu des opportunités, deux belles occasions. Vu sa qualité, il aurait dû marquer au moins un but. » Bonjour la pression.

Deschamps plaide la cause de Grizou

Heureusement, l’international français peut compter sur son protecteur Didier Deschamps, lequel n’a pas hésité à prendre sa défense en conférence de presse, moyennant un prélude diplomate. « Si je rentre là-dedans, Koeman sera pas content de lire mes déclas… » Avant de finalement mettre les mains dans le cambouis. Attention, tirade :

« Il est utilisé dans des systèmes, dans des positions où il joue plus sur le côté droit. Antoine, j’ai eu à l’utiliser sur un côté. Il peut le faire parce que c’est un joueur généreux avec gros volume de jeu, mais là où il est le plus efficace c’est dans l’axe, au cœur du jeu, pour pouvoir faire du liant. Il a même le volume pour se retrouver parfois au milieu de terrain, mais il n’a pas la capacité comme d’autres joueurs sur le côté à prendre le ballon, à éliminer, à provoquer. Il a besoin de toucher énormément le ballon. Au Barça, il y a d’autres joueurs, l’entraîneur fait ses choix. Je vais le voir tout à l’heure, je suis convaincu qu’il n’est pas heureux de cette situation. Il fait en fonction au mieux des situations, des joueurs. Il s’adapte, il rechigne jamais mais pour donner sa pleine mesure quand un joueur est dans sa meilleure position c’est toujours mieux. »

En attendant de régler une bonne fois pour toutes ses comptes avec le Barça, Antoine Griezmann peut souffler. Didier Deschamps a prévu de le faire jouer à son poste habituel avec les Bleus, là où son rendement est meilleur. Et après ça, peut-être qu’il planera au-dessus du Camp Nou.