Roland-Garros : « L’arbitre n’a pas fait son boulot » , Mladenovic réclame la VAR pour le tennis après sa défaite

TENNIS La Française a perdu d’entrée à Paris, en partie à cause d’une immense erreur d’arbitrage sur une balle se set en sa faveur contre Siegemund (7-5, 6-3)

J.L.

— 

Alerte scandale à Roland-Garros.
Alerte scandale à Roland-Garros. — Michel Euler/AP/SIPA

A Roland-Garros,

Appelez-là Kiki la guigne. Un mois après une défaite improbable au premier tour de l’US open alors qu’elle bronzait sur son bateau de croisière (6-1, 5-1), Kristina Mladenovic a remis ça, si l’on ose dire, sur le Central de Roland contre l’Allemande Siegemund, avec en bonus une erreur d’arbitrage aussi rare que grotesque. Eva Asderaki, l’une des meilleures juge-arbitres du monde, a tout simplement oublié de signaler un double rebond sur une amortie bien glissée de la Française à 5-1 au premier set… sur balle de set !

« Ce n’est pas à mon adversaire de me donner le point »

On ne parle pas d’un 2e rebond vicelard invisible à l’œil nu, non, l’Allemande arrive avec une bonne seconde de retard sur l’affaire, au point que Mladenovic stoppe sa course vers le filet avant de la reprendre en catastrophe – et un peu tard, persuadée que le set est dans la poche. La suite ne sera qu’une longue agonie, parsemée de six nouvelles balles de set manquées ou sauvées, c’est selon. La Française n’a pas fait d’esclandre sur le coup, mais elle en avait quand même gros sur la patate​ en conférence de presse.

« Ce double rebond aurait dû me donner le set. L’arbitre est la seule dans le stade à ne pas l’avoir vu. Même si après ça j’avais toujours le match en main, on voit qu’un point en tennis, ça peut tout changer ». Evidemment, la moitié de l’assistance médiatique réclamait déjà l’arbitrage vidéo, flairant le sujet aux petits oignons pour occuper ce Roland un peu morne. Mladenovic nous en donne pour notre argent.

« L’arbitrage vidéo, ce serait génial, ça éviterait d’avoir des scénarios tristes comme celui que j’ai vécu aujourd’hui. C’est dommage d’en arriver à un point ou on voudrait remplacer l’être humain par la caméra. Elle ne comprend même pas que l’effet rétro de la balle n’était possible que parce qu’il y avait eu un 2e rebond ». Curieusement, la Nordiste n’en voulait pas spécialement à son adversaire, qui a chapardé le point sans se retourner.

Une année 2020 à oublier

« Je n’attends pas que mon adversaire me donne le point. Ça aurait été la joueuse la plus fair-play du circuit si elle l’avait fait. Je ne sais pas ce que j’aurais fait dans la situation inverse. Je suis surtout scotchée par l’arbitre, c’est elle qui ne fait pas son boulot, sauf qu’elle, son Roland-Garros continue, et que moi je rentre à la maison ». Cela ne lui fera pas de mal, peut-être, après cette reprise chaotique qui l’a vu égarer deux matchs imperdables en plus d’être exclue du tournoi de double de l’US Open à cause d’une partie de cartes avec Benoît Paire. « Honnêtement, si tous les mauvais sorts peuvent arriver en 2020, qui est une sacrée drôle d’année, tant mieux, comme cela, on est débarrassés, que l’on passe à autre chose ». On en est tous là, Kristina.