Tour de France : Christian Prudhomme défend le Tour contre les maires écolos

CYCLISME Le directeur du Tour est monté au créneau pour répondre aux attaques des maires écolos contre la Grande Boucle

A.L.G.

— 

Christian Prudhomme à défendu son bébé.
Christian Prudhomme à défendu son bébé. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Testé positif au Covid-19 lors de la deuxième semaine de ce Tour de France 2020 et placé à l’isolement loin de la bulle, Christian Prudhomme est revenu plus en forme que jamais. Ainsi, à l’occasion du départ de la 17e étape depuis Grenoble, le directeur du Tour a pris la parole pour répondre aux attaques de certains maires écologistes, à commencer par celui de Lyon, Grégory Doucet, qui avait pointé du doigt une compétition « machiste et polluante ».

« Seule la discussion sans parler dans les médias en premier peut aider, a-t-il commencé sa tirade. C’est juste du bon sens. Le Tour de France est une épreuve qui fédère, qui rassemble. Ne cassez pas ce qui rassemble ! Il y a tant de communautarismes, de gens qui séparent. Le Tour est tellement plus que la plus grande course cycliste du monde. Le Tour c’est notre pays ! ».

Taper sur le Tour, « pas une erreur, une faute ! »

Ce n’était alors qu’un tour de chauffe. Emporté par son élan, Prudhomme est ensuite parti dans une envolée semblable à celle d’un Mélenchon en plein meeting électoral avant les présidentielles. « On sera samedi en Haute-Saône, à la Planche des Belles Filles : 35 % de chômeurs en fond de vallées, des gens qui baissaient la tête et qui la relèvent, a-t-il expliqué. Grâce au Tour, ils relèvent la tête. Parce qu’ils voient leur village, Plancher-les-Mines dans la Haute-Saône, qui est montré dans le monde entier. Et ils sont fiers ! Je suis sûr que dans ce magnifique département de l’Isère, je suis sûr qu’à Grenoble, dans la métropole, dans la ville, les gens sont fiers. Et ils le sont encore plus dans nos territoires ruraux ! ».

Le directeur de la Grande Boucle a conclu son speech aux côtés du maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle : « Mais ce qui nous rassemble, ce qui nous unit, c’est juste du bon sens. Taper sur ce qui nous unit n’est pas une erreur, c’est une faute ! ». Drop the mic.