Paris fait respecter la hiérarchie en Coupe

FOOT Le PSG s'est imposé 1-0 face à Montluçon pour son entrée en Coupe de France...

A.P.

— 

Le milieu de terrain du PSG, Stéphane Sessegnon.
Le milieu de terrain du PSG, Stéphane Sessegnon. — R.Alexis / SIPA

Pour les histoires de Goliath trébuchant devant des David de CFA, mieux vaut ne pas compter sur le PSG. En spécialiste de l’épreuve, le club parisien a encore su s’éviter le piège d’un 32e de finale de Coupe de France. Opposé à Montluçon (11e de son groupe de CFA), Paris a fait le boulot, sans trembler et surtout sans verser dans la frustration. Les Parisiens s’imposent 1-0, un moindre mal pour les Montluçonnais.

Pourtant, le scénario de la rencontre a un temps fleuré la mauvaise surprise. Le stade Gabriel-Monpied de Clermont-Ferrand théâtre de la dernière bourde parisienne en Coupe (défaite en 1997 Clermont alors en CFA) était-là pour renforcer cette crainte. Présent ce 1er mars 1997, Paul Le Guen en parlait encore comme l’un des plus mauvais souvenirs de sa carrière.

Sessegnon trouve la faille

Ses joueurs ont fait l’essentiel pour lui éviter un mauvais remake. Dominateur, les PSG ne tardent pas à multiplier les occasions en première mi-temps contre des Montluçonnais trop timorés. Sammy Traoré trouve le poteau à la 9e, Sessegnon fait briller le gardien Bourgeois alors qu’Hoarau rate le plus facile à la 25e.

A la pause, le club de CFA tient sa demi-surprise. Pas pour longtemps. Assiégés, les Montluçonnais craquent. Etrangement isolé, Stéphane Sessegnon – encore à créditer d’un gros match - ne tremble pas pour ouvrir la marque du plat du pied. Les hommes de Paul Le Guen gérent alors les affaires courantes, les joueurs de l’Allier peinent à s’approcher des buts d’Apoula Edel. «On a été sérieux jusqu’au bout», peut se réjouir Claude Makelele.