Angleterre: Marcus Rashford bataille pour que les défavorisés puissent avoir à manger

FOOTBALL L'attaquant de Manchester United a récolté des fonds pour servir 3 millions de repas et demande aujourd'hui à son gouvernement de revenir sur sa décision de ne pas fournir de bons alimentaires gratuits pour les écoliers pendant l'été

N.C.

— 

Marcus Rashford lors de Manchester United-Norwich, le 11 janvier 2020.
Marcus Rashford lors de Manchester United-Norwich, le 11 janvier 2020. — Magi Haroun/REX/SIPA

A défaut de pouvoir jouer au foot, Marcus Rashford a mis à profit le confinement pour faire avancer des combats qui lui tiennent particulièrement à cœur. L’international anglais de Manchester United a commencé à collaborer activement avec FareShare, qui lutte contre le gaspillage alimentaire et la malnutrition, dont le but est permettre aux enfants privés de repas à la cantine par la fermeture des écoles pendant l’épidémie de Covid-19 de manger.

Trois millions de repas pour des personnes vulnérables

Un objectif qui parle à Rashford, lui qui raconté avoir bénéficié de ce type d’aide quand il était un enfant élevé par une mère seule, qui travaillait de longues journées pour s’assurer d’avoir au moins un repas avant le dîner. Vendredi, l’attaquant a annoncé une grande nouvelle : il a réussi à rassembler les fonds nécessaires pour permettre à l'association FareShare de servir 3 millions de repas à des personnes défavorisées.

« J’ai une grande nouvelle, les gars ! Nous avions l’objectif qu’à la fin juin FareShare soit capable de fournir 3 millions de repas à des personnes vulnérables dans tout le Royaume-Uni. Aujourd’hui, nous avons atteint cet objectif », a écrit le joueur sur son compte Twitter.

Il avait lancé une première campagne via son compte Twitter et les réseaux sociaux début avril, levant 134.000 livres (150.000 euros), un montant qu’il avait porté à 400.000 livres (près de 450.000 euros) sur ses propres deniers. Son initiative avait été largement saluée, d’autant qu’elle avait été lancée en pleine polémique sur le refus des joueurs de baisser leurs salaires pour aider leurs clubs face à la crise.

Rashford s’était ensuite fixé l’objectif d’arriver à financer 3 millions de repas avant la fin juin, grâce à des dons alimentaires ou financiers, ce qui représentait un peu plus de 20 millions d’euros. « Croyez-moi si je vous dis que je n’arrêterai pas mon combat avant qu’aucun enfant au Royaume-Uni n’ait à se demander d’où viendra son prochain repas », a ajouté le Mancunien de 22 ans.

« Ne pouvons-nous pas tous convenir qu’aucun enfant ne devrait avoir faim ? »

La preuve dès dimanche, avec la publication d’une (longue) lettre ouverte dans laquelle il demande au gouvernement anglais de revenir sur sa décision de ne pas prolonger pendant les vacances d'été le programme permettant aux familles modestes de recevoir des bons d'achats alimentaires de 15 livres (16,70 euros) par enfant et par semaine, mis en place au moment du confinement. 

« Le système n’est pas conçu pour que des familles comme la mienne réussissent, écrit le joueur. Mon histoire est bien trop commune pour beaucoup de familles anglaises. (…) Ecoutez les histoires des parents de ces enfants, comme je les ai écoutées. Ces dernières semaines, des pères m’ont raconté comment ils luttaient contre la dépression, incapables de dormir car ils se demandent comment ils vont pouvoir donner à manger à leurs enfants après avoir perdu leur job. »

« Il faut faire de la protection de la vie des plus vulnérables une priorité absolue, assène-t-il. On ne parle pas là de politique mais d’humanité. Ne pouvons-nous pas tous convenir qu’aucun enfant ne devrait avoir faim ? »

« Sans la gentillesse et la générosité de la communauté, il n’y aurait pas devant vous le Marcus Rashford que vous voyez aujourd’hui : un jeune homme noir de 22 ans assez chanceux pour faire une carrière dans le sport que j’aime », rappelle-t-il. Environ 1,3 million d'enfants sont éligibles aux repas gratuits à l'école en Angleterre, et quelque 200.000 enfants ont dû sauter des repas pendant le confinement, selon la BBC