Coronavirus: Trois nouveaux GP annulés mais la Formule 1 maintient ses plans pour la saison

FORMULE 1 Le promoteur Formula One espère toujours pouvoir disputer entre 15 et 18 courses d'ici la fin de saison, mi-décembre, notamment en organisant plus de courses que prévues en Europe

N.C. avec AFP

— 

Charles Leclerc (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) lors du GP de Monza, le 8 septembre 2019.
Charles Leclerc (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) lors du GP de Monza, le 8 septembre 2019. — Insidefoto/Sipa USA/SIPA

Les Grands Prix d’Azerbaïdjan, de Singapour et du Japon annulés à leur tour vendredi en conséquence de la pandémie de coronavirus. Ce qui n’empêche pas la Formule 1 de « croire toujours en [son] projet d’avoir entre 15 et 18 courses d’ici la fin de saison ».

« Ces décisions ont été prises en raison des différents défis auxquels nos promoteurs sont confrontés dans ces pays, explique le promoteur de la F1, Formula One, dans un communiqué. À Singapour et en Azerbaïdjan, les délais nécessaires à la construction des circuits urbains rendent impossible l’organisation de ces événements en période d’incertitude et au Japon, les actuelles restrictions sur les voyages ont également conduit à la décision de ne pas maintenir la course. »

Retour dans les paddocks le 5 juillet

Initialement prévue le 7 juin, la manche dans les rues de Bakou avait déjà été reportée sine die. Celle de Singapour était programmée le 20 septembre et celle de Suzuka le 11 octobre. En dépit de ces annonces, qui étaient prévisibles, Formula One assure « croire toujours en (son) projet d’avoir entre 15 et 18 courses d’ici la fin de saison à Abou Dhabi à la mi-décembre et espérer publier le calendrier finalisé avant le début de saison en Autriche. »

Les F1, qui aurait dû s’affronter pour la première fois mi-mars en Australie, redémarreront le 5 juillet sur le Red Bull Ring de Spielberg, première d’une série de huit courses en Europe entre juillet et septembre, à huis clos, avec des effectifs réduits sur le paddock et suivant un protocole sanitaire strict.

Un second GP est prévu à Spielberg le 12 juillet, avant la Hongrie (sur le Hungaroring de Budapest) le 19 juillet, la Grande-Bretagne (à Silverstone) les 2 et 9 août, l’Espagne (sur le circuit de Barcelone-Catalogne à Montmelo) le 16 août, la Belgique (à Spa-Francorchamps) le 30 août et l’Italie (à Monza) le 6 septembre.

« Nouveaux sites »

La suite doit en principe emmener écuries et pilotes en Asie et aux Amériques, avant de terminer au Moyen-Orient. Alors que les GP d’Australie, de Monaco, de France et des Pays-Bas ont également été annulés précédemment, « nous avons fait des progrès significatifs sur le calendrier révisé avec les promoteurs actuels (de Grands Prix) ainsi que des nouveaux et nous avons été particulièrement encouragés par l’intérêt manifesté par de nouveaux sites pour accueillir une course pendant la saison 2020 », précise la F1 vendredi.

Dans une interview au site officiel de la catégorie reine du sport automobile publiée la veille, son directeur sportif Ross Brawn expliquait qu’il serait « possible de prolonger la saison européenne d’une ou deux autres courses si nécessaire » pour maintenir un nombre de manches satisfaisant.

Outre les destinations initialement inscrites au calendrier 2020 (Vietnam, Chine, Russie, Canada, Etats-Unis, Mexique, Brésil…), le Mugello et Imola en Italie, Portimao au Portugal et Hockenheim en Allemagne sont candidats pour accueillir des épreuves.

Programmé juste avant Abou Dhabi en clôture du championnat, Bahreïn pourrait aussi accueillir deux courses suivant des tracés différents sur le circuit de Sakhir, sa configuration le rendant possible, a indiqué Brawn.

« Nous sommes conscients d’être encore dans une période d’incertitude et de complexité dans le monde entier et nous continuerons à veiller à ce que la saison 2020 se déroule de manière prudente et flexible », promet finalement Formula One vendredi.