Un « Final 8 » sur une semaine, Lisbonne ou Istanbul… A quoi va ressembler la fin de saison en Ligue des champions ?

FOOTBALL On commence à y voir plus clair

B.V.

— 

Les Parisiens protestent après l'annulation par l'arbitre d'un penalty et d'un carton rouge pour Courtois lors de Real-PSG, le 26 novembre 2019.
Les Parisiens protestent après l'annulation par l'arbitre d'un penalty et d'un carton rouge pour Courtois lors de Real-PSG, le 26 novembre 2019. — Dave Shopland/BPI/REX/SIPA

Il reste une petite semaine à l’UEFA pour peaufiner ses plans. Mercredi 17 juin, l’instance dirigeante européenne va se réunir pour valider la fin de sa saison, laissée en suspens mi-mars, au beau milieu des huitièmes de finale de Ligue des champions, à cause de la crise sanitaire. Mais selon plusieurs médias étrangers, notamment allemands et italiens, les contours de ces plans commencent à prendre forme. On vous détaille tout ça.

Le format : un « Final 8 » sur une semaine

Plutôt que transposer son format habituel avec des matchs aller-retour dans le stade de chaque équipe, l’UEFA aurait opté pour un format plus raccourci, à la fois logique compte tenu du calendrier resserré et des contraintes sanitaires, et excitant sportivement. Façon ce que d’autres sports comme le handball ou le basket-ball ont l’habitude de faire, la LDC pourrait se terminer par un « Final 8 », c’est-à-dire un mini-tournoi sur une semaine, dans une seule et même ville, avec des matchs à élimination sèche (quarts, demi et finale). Pour l’instant, aucune information n’a filtré sur la date, mais on peut vraisemblablement tabler sur un événement du 14 au 23 août, avec une finale le dimanche 23.

Avant ce « Final 8 », pour lequel le PSG, l’Atalanta Bergame, Leipzig et l’Atletico Madrid sont déjà qualifiés, l’UEFA doit terminer les autres huitièmes de finale, dont les matchs retour n’ont pas encore été joués. Juventus-Lyon, Manchester City-Real Madrid, FC Barcelone-Naples et Bayern Munich-Chelsea se tiendront « normalement », c’est-à-dire sur le terrain de celui qui s’est déplacé à l’aller, probablement lors du week-end du 8 et 9 août. Les quatre vainqueurs iront au « Final 8 ».

Le lieu : Lisbonne grand favori, mais Istanbul y croit encore

Depuis que la rumeur d’un tournoi final dans un seul lieu s’ébruite, plusieurs villes se sont portées candidates à son organisation. Selon Bild, par exemple, Moscou, Madrid ou Francfort étaient chauds, sans oublier Istanbul, qui devait à l’origine accueillir la finale de cette édition. Mais ce serait visiblement Lisbonne qui tiendrait la corde. La capitale du Portugal possède deux avantages certains : elle fait partie d’un pays relativement épargné par le Covid et propose trois stades susceptibles d’organiser les matchs si jamais les contraintes organisationnelles empêchaient l’UEFA de tout faire dans la même enceinte.

Si rien ne sera officiellement décidé avant mercredi soir, l’histoire semble réglée. Même si Istanbul ne s’avoue pas vaincu. « Je n’ai aucun doute sur le fait que [cette finale] se déroulera de la meilleure des façons en Turquie. Nous sommes convaincus que nous recevrons de bonnes nouvelles le 17 juin », a ainsi déclaré jeudi le ministre turc des Sports Mehmet Kasapoglu.

En ce qui concerne la présence de spectateurs dans les stades et la possibilité donnée aux supporters des différents clubs de faire le voyage, rien n’a encore filtré. Sans doute est-il encore trop tôt pour présumer de la situation sanitaire à la mi-août.

La version féminine : la même chose au Pays basque

L’UEFA devrait en effet prendre la même décision pour terminer la Ligue des champions féminine, dont on connaît déjà les affiches des quarts de finale. A ceci près que le « Final 8 » aurait plutôt lieu, selon Marca, du 21 au 30 août et dans deux stades du Pays basque, à San Sebastian et à Bilbao. Et à huis clos. Comme chez les hommes, les deux mêmes clubs français sont encore en lice, le PSG et Lyon.

Enfin, même topo pour la Ligue Europa (des hommes). Un « Final 8 » devrait être organisé en Allemagne, mais dans une ville et à des dates encore inconnues. Aucun club français n’est concerné.