OM : Avec son « head of football », le club sera organisé un peu comme le PSG

FOOTBALL Jacques-Henri Eyraud a annoncé le recrutement d’un « head of football » et un « head of business ». A quoi va ressembler la future organisation de l’OM ?

Jean Saint-Marc

— 

Jacques-Henri Eyraud veut prendre de la hauteur.
Jacques-Henri Eyraud veut prendre de la hauteur. — N. Tucat / AFP
  • Avec son « head of football » et son « head of business », l’OM sera organisé comme le PSG.
  • Jacques-Henri Eyraud veut prendre de la hauteur et se focaliser sur un travail de lobbying auprès des instances.
  • Il souhaite aussi que les entraîneurs de l’OM soient moins impliqués dans les mercatos.

La start-upisation de l'OM se poursuit. Le seul club français champion d’Europe n’aura bientôt plus de directeur sportif ni de directeur général. Trop ringard. Il faudra s’adresser au « head of football » et «  head of business », deux postes que le président Jacques-Henri Eyraud vient de créer et qu’il cherche à pourvoir.

Le « head of football se projettera sur le long terme, supervisera la stratégie en matière de formation et affichera des qualités transactionnelles évidentes pour mener à bien les acquisitions et cessions », précise le président olympien, qui en fait un « support décisif pour le coach. » L’idée est que ce dernier se détache totalement du mercato. « Le but est d’avoir un entraîneur qui se consacre uniquement au sportif et à son équipe », explicite un proche de Jacques-Henri Eyraud.

Traumatisé par l’ère Rudi Garcia

Le patron de l’OM a été traumatisé par l’ère Rudi Garcia, omnipotent au moment du mercato : « Il y a eu suffisamment de polémiques sur les salaires de certains joueurs et les durées de contrats. Ce ne sera pas l’entraîneur qui gérera ça », poursuit cette même source, haut placée à l’OM. Ce « super directeur sportif » aura des objectifs financiers clairs : il devra tenir son budget et respecter les fortes contraintes du fair-play financier.

Le « head of business supervisera l’ensemble des fonctions opérationnelles et fonctionnelles du club hors football », écrit Jacques-Henri Eyraud sur le réseau social professionnel LinkedIn. Il rêve de recruter « un manager très expérimenté, doué d’une excellente vision stratégique. » Ce dernier sera chargé de développer la marque OM, notamment à l’international.

« Les clubs suivent le modèle des entreprises »

Ces deux nouveaux dirigeants permettront à Jacques-Henri Eyraud de prendre un peu de hauteur. « Il a restructuré les équipes pendant quatre ans, contextualise un dirigeant marseillais. Maintenant, il va se positionner en tant que président, plus dans les instances. Il aura deux personnes en dessous de lui pour chapoter l’OM au quotidien. »

Marseille suit l’exemple de nombreux clubs européens… Et sera bientôt organisé organisé comme le PSG, où Nasser al-Khelaïfi fait l’institutionnel, Jean-Claude Blanc gère le business et Leonardo le foot. « Les clubs de foot se transforment et suivent le modèle des entreprises, c’est logique », commente le spécialiste Virgile Caillet, directeur général de l’Union Sport et Cycles :

On sort d’une logique traditionnelle du club de foot pour basculer dans une logique entrepreneuriale. Les clubs comme l’OM sont désormais des sociétés de spectacle sportif. Il y a donc une dimension sport, bien sûr, mais il faut aussi mettre l’accent sur la maximisation des revenus. Le nouveau head of business devra avoir une approche globale du positionnement marketing et de l’image du club. »

Il aura du boulot : l’OM est actuellement beaucoup moqué en France et les dirigeants sont critiqués par leurs propres supporters. Dans une tribune acide, les six groupes de supporters ont pointé « l’impasse financière » dans laquelle se trouve l’OM.

Ils ont dénoncé « l’incompétence des personnes à la tête du club. » Les futurs « heads » de l’OM sont prévenus : en face d’eux, les supporters auront la tête dure.