Girondins de Bordeaux : Longuépée promet de ne rien laisser passer après les « Girondins Leaks »

FOOTBALL Le président des Girondins de Bordeaux passe en mode Gandalf

W.P, avec AFP

— 

Frédéric Longuépée
Frédéric Longuépée — UGO AMEZ/SIPA

Le président des Girondins de Bordeaux, Frédéric Longuépée, a réagi aux «  Girondins Leaks », ces enregistrements audio compromettants diffusés par les Ultramarines. Il a promis vendredi de ne rien laisser passer. Tremble, Gandalf le gris.

Dans une note interne adressée à l’ensemble des salariés des Girondins ce vendredi, M. Longuépée​ a répondu aux attaques « orchestrées par les Ultramarines, qui les revendiquent clairement, et soutenues par des personnes habituées aux scandales et de pseudos amis du club, probablement déçus de ne pas y jouer un rôle », a-t-il écrit.

« On ne lâchera pas »

« Tout cela n’a qu’un seul but : affaiblir et discréditer l’institution du FCGB en attaquant de manière diffamatoire plusieurs de ses collaborateurs, a poursuivi le dirigeant. Ne nous y trompons pas, il s’agit d’une entreprise de dénigrement orchestrée sans réel fondement. Je ne saurai l’admettre davantage ». M. Longuépée, qui a demandé à ses avocats d’examiner les éléments qui leur ont été transmis pour déterminer les suites judiciaires à mettre en œuvre, a assuré que lui et l’encadrement « ne laisser (aient) rien passer ».

« Ni notre actionnaire (King Street) ni moi-même n’avons l’intention de nous laisser impressionner ou décourager par des personnes qui refusent depuis le début le dialogue, diffusent leur haine et tentent de nous diviser au sein du club », martèle le dirigeant. Avant de conclure : « On ne lâchera pas ».

Les audios qui dérangent

Depuis lundi, les Ultramarines, le principal groupe de supporters bordelais en conflit depuis de longs mois avec la direction des Girondins, diffusent sur les réseaux sociaux des enregistrements sonores présentés comme étant issus de réunions privées tenues entre décembre 2019 et mars 2020 entre les dirigeants bordelais et des abonnés du club.

Dans ces extraits, on peut entendre les voix de deux dirigeants, attribuées par les supporters à M. Longuépée et à Antony Thiodet, directeur Stratégie Commerciale Stade et Réseaux. Ils y évoquent plusieurs thèmes comme leur rapport avec le foot amateur local et les passages passés ou à venir devant la DNCG, le gendarme financier de la Ligue.

Ils y égratignent aussi d’anciens joueurs du club ouvertement opposés à leur politique, accusent un journaliste de Sud Ouest qui suit le club au quotidien d’être un ancien Ultra et reconnaissent avoir fait travailler des salariés alors qu’ils se trouvaient soit au chômage partiel total, soit en congés.