Des supporters nîmois assignent deux de leurs joueurs

FOOT Robert Malm et Aliou Cissé sont poursuivis par trois groupes de supporters pour «injures et propos calomnieux»...

Alexandre Pedro

— 

Le Nîmois Aliou Cissé sous le maillot du Séngal.
Le Nîmois Aliou Cissé sous le maillot du Séngal. — F. Saribas / REUTERS
Des joueurs poursuivis par leurs supporters, non pas aux abords du stade, mais au tribunal. Le contentieux ubuesque se déroule au Nîmes Olympique (Ligue 2) depuis mercredi. «Après recherches, il s’avère que c’est une première en France», remarque maître Carail Roch-Vincent, avocat des Gladiators, Crocos et Red Warriors, les trois groupes qui assignent en justice le milieu Aliou Cissé et l’attaquant Robert Malm pour «injures, propos calomnieux».

Le contentieux remonte au Nîmes-Reims du 7 novembre en Ligue2. Cissé et Malm disent avoir été les victimes d’«insultes racistes et des cris de singe» émanant de la tribune où se trouvent les trois groupes en question. «Les joueurs se sont alors dirigés vers les supporters, franchissant le cordon de sécurité, pour les insulter et les inciter à venir en découdre avec eux, geste à l’appui», détaille l’avocat. Le 13 novembre Cissé et Malm avaient déposé une plainte contre X «pour insulte et propos racistes».

Grève des encouragements

Après avoir eu un entretien avec ses deux joueurs, la direction avait alors «condamné les gestes désobligeants envers le public», mais aussi «apporté son soutien aux vrais supporteurs et à ses joueurs». Manière de ménager la chèvre et le chou. «Je regrette que les différents groupes de supporteurs se sentent visés dans cette affaire, mais c'est leur droit» indique Jean-Louis Gazeau, président du club gardois qui précise «que la plainte ne vise aucun de ces groupes».

De leur côté, les trois associations ne l’entendent pas de la même oreille. «Les supporters ont été profondément choqués par ces comportements», confie Maître Roch-Vincent, «d’autant plus qu’ils se sont toujours battus contre le racisme, ce que la direction reconnaît». Une enquête s’appuyant sur les images du match va être menée. En attendant, les supporters des Crocodiles ont décidé d’une grève des encouragements. Le Nîmes Olympique - bon dernier du classement - s’en serait bien passé.