Coronavirus : Le ministère des Sports répond à l'engouement pour le jogging et précise les vraies règles

SAVOIR VIVRE Le ministère des Sports a répondu aux questions des Français sur le jogging en plein confinement

William Pereira

— 

Deux joggers à Paname
Deux joggers à Paname — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Depuis l’allocution d’Emmanuel Macron, lundi 16 mars, sur les mesures à prendre pour endiguer le coronavirus, la France s’est vue pousser des Eliud Kipchoge dans tous les sens. La faute à une phrase, une faille, une ambiguïté du président de la République autorisant à « faire un peu d’activité physique », mais seulement sur « les trajets nécessaires » et « sans retrouver […] des amis ou des proches ». Phrase que les fanatiques du running ont pris la liberté de transformer en appel du général de Gaulle version fond et semi-fond, s’empressant d’enfiler leurs baskets et tenues fluorescentes pour esquiver à toute allure le confinement imposé par le chef de l’État. 

Pas de vélo ni de long run

Face à l’hystérie générale et l’imprécision englobant la pratique par temps d’apocalypse, le ministère des Sports a – principalement par le biais de son compte Twitter – précisé ce qu’il était possible où non de faire, combien de temps et jusqu’où courir. En répondant, la plupart du temps, à des questions précises d’utilisateurs. Après un long travail d’enquête (non) et en regroupant un maximum de données, voilà ce qu’on peut conclure des recommandations du ministère.

  • On range le vélo (sauf si c’est pour aller au boulot).
  • On fait le tour du pâté de maison en courant, deux, trois bornes. Mais certainement pas un 20 km.
  • On reste à 500m du domicile en ville, deux ou trois kilomètres si on habite en campagne.
  • Donc non, on ne prend pas la voiture pour aller courir dans la forêt la plus proche.
  • On arrête de chouiner pour le manque d’entraînement, l’heure n’est pas à la préparation du marathon des sables.

Le ministère distille de bonnes alternatives à la course pour préserver votre santé mentale et physique.

Dans cette liste, on retrouve bon nombre d’applications pour grands, petits et personnes en situations de handicap pour se dépenser, pour se muscler, faire attention à son poids, se détendre, ou encore faire du sport rapidement. Petit conseil, si vous voulez retrouver toutes les sensations de l’épuisement d’une course intense, n’hésitez pas à faire connaissance avec les burpees. Déclinables en mille et une variantes, elles vous feront passer un sale quart d’heure et accessoirement l’envie de sortir courir. Faites-le pour vous, faites-le pour les autres, faites-le pour la France.