France-Angleterre: « On a tous défendu comme des chiens », les petits Bleus ont passé leur baptême du feu

RUGBY Pour la première du XV de France version Fabien Galthié, les Bleus ont surpris leur monde en venant à bout des vices-champions du monde en titre

N.C.

— 

La joie des Bleus, lors de leur victoire contre l'Angleterre pour l'ouverture du Tournoi des VI Nations, le 2 février 2020.
La joie des Bleus, lors de leur victoire contre l'Angleterre pour l'ouverture du Tournoi des VI Nations, le 2 février 2020. — Christophe Ena/AP/SIPA

Au Stade de France,

Sacrée première. Le XV de France new look de Fabien Galthié ne pouvait pas mieux lancer cette nouvelle ère, avec une victoire enthousiasmante contre l’Angleterre (24-17) lors de la première journée du Tournoi des VI Nations, dimanche. Il y avait beaucoup d’envie, d’excitation presque, avant de découvrir comment elle allait s’ouvrir. Galthié l’avait bien vendue, avec ses discours sur le jeu, la cohésion et les jeunes talents. Restait à passer l’épreuve du feu, ce premier match à la maison contre le vice-champion du monde, véritable machine à broyer ses adversaires. Et les petits Bleus ont été à la hauteur.

« On a travaillé pour être là pendant 80 minutes, et pas 40 »

« On a montré un gros état d’esprit, apprécie le centre Gaël Fickou, l’un des anciens du haut de ses 25 ans et 51 sélections. On a tous défendu comme des chiens, jusqu’au bout, après cette première période où on a été irréprochables. » Dur de lui donner tort. Les Français, qu’on aurait pu penser tétanisés, ont au contraire marché sur les Anglais dès l’entame. 17-0 à la pause, 24-0 à la 55e grâce à trois essais de Vincent Rattez et Charles Ollivon. Les Anglais n’avaient plus connu un tel affront depuis 1988.

Certes, les barricades ont ensuite sauté deux fois, sur deux exploits individuels de l’ailier Jonny May. Mais on retiendra que les Français ont résisté comme des grands aux assauts adversaires lors de quinze dernières minutes irrespirables, là où ils s’étaient si souvent noyés ces dernières années – rappelez-vous le premier match du Tournoi 2019, où ils menaient 16-0 à la pause contre le pays de Galles pour finalement s’incliner 19-23. « On a travaillé pour être là pendant 80 minutes, et pas 40, explique Paul Willemse. Les entraînements étaient durs, mais on savait pourquoi. »

De la constance sur tout un match, une défense disciplinée et (presque) infranchissable – 183 plaquages réussis sur 192 ! –, si on avait l’esprit taquin on dirait qu’on n’a pas reconnu notre équipe de France. « Il y a eu énormément de plaisir dans cette bataille, relève Ollivon. Je sens qu’on crée quelque chose. C’est une équipe en or, il y a des mecs bien et quand tu apprécies les gars qui sont à côté, ça fait une différence énorme. »

Belle déclaration d’amour de la part du capitaine. Les bases sont posées, mais cette victoire n’est qu’une promesse. On attendra de voir comment ça se passe pour les Bleus face à l’Italie le week-end prochain, et puis surtout à Cardiff face aux Gallois, pour commencer à se faire une vraie idée de ce que cette équipe a dans le ventre. Mais bon sang, on a très hâte et on n’avait pas ressenti ça depuis un moment avec le XV de France.