Chine: La TV d'Etat prédit un «châtiment» pour le patron de la NBA

BASKET Les Chinois ne décolèrent pas depuis le tweet de soutien à Hong Kong du manager de Houston

N.C. avec AFP

— 

Des Chinois protestent contre les propos du boss de la NBA Adam Silver à propos de Hong Kong, le 12 octobre 2019 à Shenzhen.
Des Chinois protestent contre les propos du boss de la NBA Adam Silver à propos de Hong Kong, le 12 octobre 2019 à Shenzhen. — STR / AFP

Les jours passent, et les Chinois ne décolèrent pas. La polémique reste vive à propos du tweet de soutien à Hong Kong publié par le manager des Houston Rockets, Daryl Morey, début octobre. Cette fois, la télévision d'Etat chinoise a prédit un «châtiment» pour le patron de la NBA, Adam Silver, qui avait indiqué que son institution ne s'excuserait pas pour le tweet incriminé et continuerait à soutenir «la liberté d'expression» au sein du basket américain.

La télévision CCTV a accusé Adam Silver de se «draper de principes moraux du haut de son piédestal», de «gourou de la NBA» et «d'inventer des mensonges pour salir la Chine». «Le temps révèle la vraie personnalité d'un homme, et si sa moralité est prise en défaut, alors le châtiment viendra tôt ou tard», a-t-elle souligné dans un commentaire publié sur son site internet vendredi soir.

Adam Silver, en plus d'assurer qu'il n'y aurait pas de sanction à l'encontre de Daryl Morey, avait déclaré que des représentants du gouvernement chinois et des dirigeants d'entreprise avaient réclamé le licenciement du manager de Houston. Pékin avait fermement démenti ces accusations.

Des pertes déjà «substantielles» pour la NBA

Suite à cette histoire, des entreprises chinoises ont coupé leurs liens avec la NBA. Et Silver a évoqué cette semaine des pertes déjà «substantielles» pour la ligue. En défendant Daryl Morey, le patron de la NBA «avait déjà dépassé les bornes en manquant de respect envers les Chinois, mais il a fallu que pour complaire à certains élus américains, il fasse encore des déclarations mensongères», a dénoncé CCTV.

Hong Kong est une ex-colonie britannique rendue à la Chine en 1997 et qui jouit d'une large autonomie. Depuis juin, des manifestants, dont certains violents, exigent davantage d'autonomie face à la mainmise jugée grandissante de Pékin.