Stade Rennais-Lille: Julien Stéphan demande «du temps pour construire»

FOOTBALL L’entraîneur breton s’est défendu après le match nul concédé face au Celtic

C.A.
— 
L'entraîneur du Stade Rennais Julien Stéphan, ici avec des supporters aux abords du Roazhon Park.
L'entraîneur du Stade Rennais Julien Stéphan, ici avec des supporters aux abords du Roazhon Park. — S. Salom Gomis / AFP
  • Le Stade Rennais retrouve Lille ce dimanche à 15h, trois jours après son match nul face au Celtic.
  • Le coach breton Julien Stéphan rappelle qu’il dirige « une équipe en construction ».
  • Six joueurs majeurs ont quitté le club cet été.

Les critiques ont plu sur le Stade Rennais après son premier match de Ligue Europa jeudi soir. Si le nul concédé face au Celtic (1-1) n’a rien d’irréversible pour la qualification, il a mis en lumière les difficultés des Rouge et noir à développer leur jeu. Bluffés par les prestations abouties des Rennais face à Séville et Arsenal la saison dernière, les observateurs les moins fidèles ont décrit ce premier match comme « nul ».

Interrogé, Julien Stéphan ne s’est pas caché, tout en demandant « du temps pour construire ». « On voit qu’on est en reconstruction, on a beaucoup de nouveaux joueurs à intégrer dans l’équipe, des joueurs qui sont arrivés tardivement. On a six joueurs majeurs qui sont partis, on a encore besoin de travailler nos repères collectifs », rappelle le coach rennais

Depuis jeudi, l’entraîneur breton et ses joueurs n’ont pas eu beaucoup de temps pour souffler et voient déjà Lille se présenter ce dimanche au Roazhon Park, pour un match d’Européens. « Avant de penser au match de la Lazio, on va penser au championnat. Lille a 48 heures de récupération de plus que nous. On doit retrouver de la fraîcheur ».

« On a besoin de vivre différents matchs pour s’améliorer »

Après son match face au Losc, Rennes se déplacera à Nantes puis à Marseille avant d’aller défier la Lazio à Rome.

Un bon moyen de travailler selon l’entraîneur : « On a besoin de temps. Dans cette période, il faut qu’on s’accroche pour prendre le maximum de points. Mais on ne va pas trouver nos repères collectifs d’un coup de baguette magique. On a besoin de vivre différents matchs pour s’améliorer ».