France-Argentine « On a perdu en n’étant pas nous-mêmes », regrette Vincent Collet

BASKET La France est passée au travers de sa demi-finale de Coupe du monde contre les Argentins (80-66)

J.L. avec AFP

— 

Vincent Collet, le 13 septembre 2019 à Pékin.
Vincent Collet, le 13 septembre 2019 à Pékin. — Greg Baker / AFP

Une déception non feinte. Une bonne heure après la leçon de basket infligée par l'Argentine à l’équipe de France, Vincent Collet s’est présenté devant la presse pour tenter d’expliquer l’inexplicable : comment rater à ce point son match quand les joueurs eux-mêmes ont passé les 48h précédant la bataille à répéter qu’ils ne feraient pas la même erreur qu’en 2014, quand ils avaient pris la Serbie de haut après leur exploit contre l’Espagne.

Prévenir ne suffit pas

« J’avais dit dans le briefing d’avant-match que l’équipe la plus agressive est souvent celle qui gagne. Malheureusement ce n’était pas nous. On a reculé beaucoup face à leur pression défensive alors que d’habitude on l’imposait à nos adversaires. C’était un très mauvais signal. On a eu en plus une maladresse récurrente, même aux lancers francs (13 sur 25). On les avait prévenus, mais prévenir ne suffit pas. C’est dans l’action qu’on découvre la réalité. Ce que je regrette le plus ce soir, c’est qu’on n’a pas montré notre vrai visage. On a perdu en n’étant pas tout à fait nous-mêmes ».

Un regret partagé par l’ensemble des dans du basket tricolore, qui attendaient enfin une confirmation après le quart de finale victorieux contre la Team USA. Il reste encore aux Bleus la possibilité d’aller chercher le bronze face à des Australiens cuits bouillis dimanche, à condition de se remobiliser rapidement : « On a encore la capacité d’aller chercher une médaille dimanche et il faut la jouer à fond. Ça va être très dur. Les Australiens ont souvent fini quatrièmes donc ils vont être très motivés. On a su le faire il y a cinq ans. Il faut qu’on essaie de faire pareil »