VIDEO. Coupe du monde féminine: Encore sereines en finale face aux Pays-Bas, Les Américaines restent intouchables

FOOTBALL Au terme d'une finale maîtrisée (2-0) face aux Pays-Bas, ce dimanche au Parc OL, les Américaines viennent de remporter ce dimanche leur quatrième Coupe du monde de l'Histoire

Au Parc OL à Décines, Jérémy Laugier

— 

Les Américaines ont totalement maîtrisé leur finale de Coupe du monde ce dimanche. FRANCK FIFE
Les Américaines ont totalement maîtrisé leur finale de Coupe du monde ce dimanche. FRANCK FIFE — AFP
  • Les Américaines ont remporté leur quatrième Coupe du monde, ce dimanche à Décines, notamment portées par le sixième but de la compétition de leur star Megan Rapinoe (61e, sur penalty)
  • Ce net succès (2-0) en finale face aux Pays-Bas est l’épilogue sans surprise d’un Mondial durant lequel les joueuses de Jill Ellis n’ont cessé de justifier leur rang.

Le monde est plus que jamais à elles. Après avoir ponctué de main de maître leur tournoi, ce dimanche avec un 7e succès en autant de rencontres, contre les Pays-Bas (2-0), les Américaines ont totalement justifié leur rang en France. Elles ont désormais remporté la moitié des Coupes du monde de l’Histoire (4 sur 8), ce qui en dit long sur leur domination. Surtout chahutée par l’Espagne en 8e de finale (2-1) puis l'Angleterre en demies (2-1) au terme du match le plus brillant de ce tournoi, la Team USA a quand même presque tout maîtrisé durant un mois.

Pour la première fois de la compétition, les partenaires de Megan Rapinoe n’ont pas marqué dans le premier quart d’heure ce dimanche. Elles n’ont même pas inquiété Sari van Veenendaal durant cette entame. Une anomalie qui n’a pas duré. La gardienne néerlandaise a dû enchaîner des petits miracles devant Julie Ertz (27e, 38e) puis Alex Morgan (38e, 40e) pour empêcher la tornade américaine.

Rose Lavelle a survolé la Coupe du monde

S’il n’y a donc pas eu d’éclatante démonstration de force comme pour la finale de 2015 contre le Japon (4-0 après seize minutes, 5-2 au final), les Etats-Unis ont tranquillement pris la mesure des Néerlandaises (17 tirs à 6). Une intervention aérienne non maîtrisée de Stefanie van der Gragt sur Alex Morgan a alors plombé les championnes d’Europe, après une intervention du VAR. Forfait contre l’Angleterre, Megan Rapinoe en profitait pour inscrire sur penalty son 6e but du Mondial et ainsi rejoindre l’Anglaise Ellen White et sa compatriote Alex Morgan en tête du classement des buteuses (1-0, 61e).

Véritable dépositaire du jeu américain, et élue troisième meilleure joueuse du tournoi (derrière Megan Rapinoe et Lucy Bronze), Rose Lavelle a dans la foulée plié tout éventuel suspense d’un sacré numéro en solitaire (2-0, 69e). La bande à Jill Ellis s’est permis de gaspiller un tas de balles de 3-0 par Tobin Heath, Alex Morgan et Crystal Dunn, son triomphe a été aussi franc que les sifflets du Parc OL (57.900 spectateurs ce dimanche) en direction du président de la Fifa Gianni Infantino, juste avant la remise du trophée.