FC Nantes: La Brigade Loire «inquiète et vigilante» par rapport au rachat du club

FOOTBALL Une centaine de fans s'est rassemblée ce dimanche en fin de matinée à la Beaujoire

David Phelippeau

— 

Romain Gaudin, porte-parole de la BL a pointé du doigt le «flou» autour du rachat du FCN. Lancer le diaporama
Romain Gaudin, porte-parole de la BL a pointé du doigt le «flou» autour du rachat du FCN. — D.P. / 20 minutes

Ils étaient peu – une petite centaine – mais ils étaient bien décidés à se faire entendre. Ce dimanche matin, à la Beaujoire, des supporters de la Brigade Loire ont fait part de leur inquiétude par rapport au projet de rachat du FC Nantes par un fonds d’investissement anglais, représenté par Benjamin Leigh Hunt.

« Les premières informations sont floues et inquiétantes aussi bien sur le futur repreneur que sur le futur organigramme avec le maintien de la direction du club comme Franck Kita à la tête [malgré la vente du club, le fils du président Waldemar Kita pourrait devenir président du FCN], explique Romain Gaudin, porte-parole de la BL. On demande plus d’infos et rapidement. Il faut savoir les réelles intentions du repreneur… »

Une centaine de supporters de la Brigade Loire a manifesté à la Beaujoire ce dimanche matin.
Une centaine de supporters de la Brigade Loire a manifesté à la Beaujoire ce dimanche matin. - L.F.

Celui qui a pris la parole quelques minutes devant la petite centaine de fans s’adresse aussi aux élus, qui affirmaient encore la semaine dernière n’avoir aucune information sur le processus de vente du FCN, qui serait très bien engagé. « On demande aux élus de s’informer, de se prononcer sur le sujet et qu’ils prennent une vraie position en faveur du FC Nantes. Le club est potentiellement en train de passer entre les mains d’un fonds d’investissement étranger. On aimerait être rassuré et avoir des garanties. On reste inquiet et vigilant sur ce qu’il se passe. »

Plus de 100 millions...

La BL n’exclut pas d’autres actions. « Si ça n’avance pas et on a d’autres informations inquiétantes, on risque de refaire parler de nous et d’être le gravier dans la chaussure… », conclut Romain Gaudin. Vendredi, on a appris que Waldemar Kita et le futur repreneur avaient demandé un rendez-vous le plus rapidement possible devant la DNCG. Un accord entre les deux parties a déjà été trouvé. La vente devrait se conclure à plus de 100 millions d'euros.