Boxe: Estelle Yoka Mossely reste invaincue pour son 4e combat

BOXE La championne olympique 2016 des poids légers, qui rêve désormais de décrocher un titre mondial professionnel, devrait combattre d’ici la fin de l’année pour la ceinture européenne

20 Minutes avec AFP

— 

Estelle Yoka Mossely à Créteil, le 9 janvier 2019.
Estelle Yoka Mossely à Créteil, le 9 janvier 2019. — ISA HARSIN/SIPA

Estelle Yoka Mossely a remporté aux points et à l’unanimité des juges son quatrième combat professionnel en poids légers contre l’Ukrainienne Olena Medvedenko, samedi soir à Toulouse, poursuivant son sans-faute chez les pros.

Pour son premier combat prévu en dix rounds, la championne olympique 2016 des poids légers a été dominatrice. En progrès techniquement et physiquement, elle a gardé l’initiative durant la totalité du combat face à une adversaire qui s’est beaucoup accrochée et n’a riposté que par de rares séquences.

« Quatre combats, quatre victoires, c’est bien. Il y a du progrès. Mais il y a encore du travail à faire aux Etats-Unis dans le style », a commenté la Française qui s’entraîne en Californie avec son mari, Tony Yoka, champion olympique des lourds 2016. Estelle Yoka Mossely avait auparavant remporté ses trois premiers combats, les deux premiers aux points et le troisième avant la limite contre la Polonaise Sylwia Maksym.

« Je veux faire un championnat d’Europe cette année. Je veux être dans le dur »

Aux JO de 2016, Mossely a été la première championne olympique de l’histoire de la boxe française féminine et formait le « couple en or » de la boxe française avec Tony Yoka. A 26 ans, elle rêve désormais de décrocher un titre mondial professionnel. Pour arriver à ce niveau dès l’an prochain, elle devrait remonter sur le ring le 14 juin puis combattre d’ici la fin de l’année pour la ceinture européenne.

« Le combat européen est un objectif mais aucune date n’a encore été fixée avant la fin de l’année », a précisé son promoteur Davide Nicotra. « Je veux faire un championnat d’Europe cette année. Je veux être dans le dur », a confirmé la Française.

Par ailleurs, venu soutenir sa femme, Tony Yoka, suspendu jusqu’au mois de juillet pour trois « no show » aux contrôles antidopage, a indiqué qu’il n’avait pour l’instant pas d’adversaire pour sa reprise de la compétition.