«Les deux prochaines semaines vont être difficiles»... L'entraîneur de Schalke est lucide après la gifle reçue à Manchester City

FOOTBALL Quatorzièmes en championnat, et humiliés en Ligue des champions...

G.B.

— 

Soirée ratée pour Domenico Tedesco et Schalke.
Soirée ratée pour Domenico Tedesco et Schalke. — Daniel/phcimages/Cover Images

Schalke 04 a tenu un peu plus d’une demi-heure, mardi soir. Et puis les Allemands ont explosé en plein vol. Ils repartent de Manchester City après une énorme claque : une défaite 7 à 0 en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions.

Devant cet immense échec, Domenico Tedesco, l’entraîneur de l’équipe allemande, n’avait pas grand chose à dire, rapporte l’AFP :

« Vous pouvez imaginer ce que je ressens. Terrible. Nous avons bien joué pendant 30 minutes, mais après, à 1-0, nous avons connu une baisse de régime extrême. Inutile de trouver des excuses. Si nous avions perdu 2-0, nous aurions pu analyser notre performance. Avec une défaite comme celle-ci, il vaut mieux laisser tomber aussi vite que possible. »

Schalke au fond du trou

Schalke était déjà au fond du trou avant cette rencontre, et ce n’est pas cette lourde défaite qui va améliorer quoi que ce soit. Les coéquipiers de Benjamin Stambouli occupent la quatorzième place du classement, en championnat, et la rupture semble déjà consommée avec leurs supporters.

Quant à Domenico Tedesco, rien ne dit qu’il finira la saison sur le banc. Une semaine avant ce lourd revers, il était déjà en sursis, et le club avait annoncé qu’un nouveau point serait fait à la trêve internationale, selon L’Equipe. Depuis, il s’est incliné 4-2, en championnat sur la pelouse du Werder Brême, et s’est fait gifler par City.

« Les deux prochaines semaines vont être difficiles », pronostiquait Tedesco à l’issue de la rencontre, mardi soir. On a du mal à voir comment elles pourraient ne pas l’être.

Schalke04: Des TIG à la boutique à la place des amendes en cas de retard pour les joueurs
Ligue des champions: Un supporter de Manchester City «dans un état critique» en Allemagne