Hand: la France en finale olympique pour la première fois de son histoire

JO2008 «Les Experts» ont battu la Croatie 25-23...

Pierre Koetschet, à Pékin

— 

 Le Réunionnais Daniel Narcisse marque pour la France en demi-finale de handball des JO, contre la Croatie, le 22 août 2008
 Le Réunionnais Daniel Narcisse marque pour la France en demi-finale de handball des JO, contre la Croatie, le 22 août 2008 — AFP PHOTO / SAEED KHAN
Envoyé spécial à Pékin

Ce ne fut pas facile, mais ces quinze-là sont à deux doigts d’entrer dans la légende. Les handballeurs français se sont qualifiés en finale du tournoi olympique en disposant des Croates (25-23), tout sauf une partie de plaisir, sauf lors des deux dernières minutes.

 

Comme souvent, c’est le DTN, Philippe Bana, qui a la plus belle image: «Ces joueurs, ce sont des artistes du hand. Ils ont accepté d’aller à la mine pendant 55 minutes, et c’est comme ça qu’ils se sont qualifiés en finale.»

 
«On n’a pas perdu nos nerfs»
 

Les artistes français contre les «truqueurs» croates. La ficelle est un peu grosse, mais les Français n’ont pas peur de l’utiliser. «Les Croates ont joué leur jeu», explique Nikola Karabatic, «mais on n’a pas perdu nos nerfs, et on est restés très concentrés.»

 

C’est tout le talent de cette équipe de France version «Experts»: savoir assurer quand il faut, pourrir toutes les attaques croates, et au final, prendre les partenaires d’Ivano Balic à leur propre jeu. «On a essayé de temporiser, pour pouvoir imposer notre rythme à nous», explique Bertrand Gille.

 
«On arrive en terre vierge»
 

Au bout, une victoire longue à se dessiner, mais qui ouvre les portes de la finale. Une première pour le hand français. «On arrive en terre vierge», sourit Guillaume Gille, qui semble soudain prendre conscience que l’équipe dont il fait partie peut aller plus loin que les mythiques «Barjots».

 

Pas question pour autant de prendre les glorieux anciens de haut: «Ce qu’on fait les Barjots est énorme», souligne Nikola Karabatic. «Ils ont lancé le hand français. Il n’y a pas de comparaison à faire.»

 

On sent tout de même là chez ces «Experts» l’envie de dépasser les maîtres. Une envie que seule une médaille d’or pourra assouvir. Réponse dimanche.