VIDEO. Disparition de Sala: «L'avion n'était pas en morceaux», David Mearns s’exprime après la découverte de l’épave et d’un corps

DRAME Désormais la question est de savoir si l'AAIB va tenter de remorquer l'épave de l'avion qui transportait Sala et Ibboston

A.L.G.

— 

David Mearns a retrouvé l'avion d'Emiliano Sala.
David Mearns a retrouvé l'avion d'Emiliano Sala. — Pako Mera/REX/Shutterstock/SIPA

Après la découverte d’un corps (encore non identifié) dans l’épave du Piper Malibu au large des côtes françaises, David Mearns, le spécialiste des opérations de secours embauché après la levée de fonds effectuée sur internet par les proches d'Emiliano Sala, a livré ses premières impressions à nos confrères de L'Equipe.

« La plus grande surprise pour nous, ça a été de voir que l’avion n’était pas en morceaux. Au début, nous cherchions des débris, étendus sur une surface grande comme un terrain de foot. Là, ce n’était pas ça, a déclaré l’Anglo-Américain. Il était quelque peu endommagé mais en un seul morceau. Nous avons acquis la conviction que c’était lui parce que cela correspondait précisément aux dimensions de l’avion. Ensuite, on a eu une image avec le fuselage et les ailes. Nous étions certains que c’était l’avion. »

« Beaucoup de gens ont fait des dons »

Malgré la découverte faite à l’intérieur du fuselage, « l’AAIB n’a pas encore été en mesure de savoir de quel corps il s’agissait » poursuit David Mearns, expliquant que la seule question qui se posait à l’AAIB désormais était de savoir si elle allait pouvoir remorquer l’avion à terre. Sauf que cela à un coût. Un coût élevé. « C’est cher mais combien pèse l’argent dépensé face à ces deux familles ? Pour moi, ça n’a pas de sens de se lancer dans ces recherches, de réussir à retrouver l’avion, ce qui pourrait permettre de trouver des indices sur ce qui s’est passé, et d’abandonner, confie Mears. Beaucoup de gens ont fait des dons, plus de 5 000. Nous pensons que c’est nécessaire pour eux de savoir en toute transparence ce qui s’est passé. »

En lien étroit avec la famille du joueur Nantais, David Mearns explique pour terminer que jusqu'« Au début de la semaine, ils s’attachaient toujours à l’espoir qu’il soit en vie. Avec ce qu’on a appris hier (dimanche), tout cet espoir est parti. C’est probablement l’un des pires jours de leur vie. »