Mondial de handball: «A la rescousse de rien du tout», Karabatic explique son retour surprise

HANDBALL La star des Bleus, qui se remet d'une opération au pied, a été rappelé vendredi soir par Didier Dinart...

N.C.

— 

Nikola Karabatic a été rappelé pour intégrer le groupe France pour le Mondial de handball, le 11 janvier 2019.
Nikola Karabatic a été rappelé pour intégrer le groupe France pour le Mondial de handball, le 11 janvier 2019. — ISA HARSIN/SIPA

A peine eu le temps de boucler nos papiers sur la vie sans Nikola Karabatic que la star des Bleus est déjà de retour. On avait entendu la rumeur, en début de semaine, à la Maison du handball, mais il était plutôt question d’un come-back en fin de tour principal ou pour les demi-finales, pas avant. Le secret avait été bien gardé. Vendredi soir, après la difficile victoire de la France contre le Brésil en ouverture (24-22), Didier Dinart a annoncé la bonne nouvelle.

Le joueur a expliqué l’historique de ce retour précoce, ce samedi, à beIN Sports. « On était parti sur 4 à 6 mois d’inactivité parce qu’on n’avait pas trop de visibilité sur cette opération [au pied, le 19 octobre], a-t-il expliqué. Au fur et à mesure des entraînements et des séances avec le staff du PSG, on s’est rendu compte que ça progressait assez vite. Mi-décembre je pouvais courir et prendre des appuis. Le staff m’a dit que si je continuais comme ça, je serai capable de jouer au hand mi-janvier. »

Didier Dinart, le sélectionneur des Bleus, a évidemment suivi tout ça de très près. Et été en contacts constants avec le leader de son équipe. « J’ai discuté avec Didier et le médecin de l’équipe de france, on s’est dit que si tout allait bien ils pourraient me prendre en 18e pour m’entraîner avec l’équipe et retrouver mes sensations. Et éventuellement jouer… », poursuit Karabatic.

« Si l’équipe n’a pas besoin de moi, je resterai dans mon rôle de 18e »

Pour cette dernière étape, rien n’est encore sûr. « J’espère être vite opérationnel, si l’équipe en a besoin bien sûr. Si elle n’en a pas besoin, je resterai dans mon rôle de 18e, à être à fond derrière eux. » Il est encore trop tôt pour savoir si les Bleus auront besoin de lui. Le premier match n’a pas été des plus rassurants, mais c’est rarement le cas.

« J’ai pu lire partout "Karabatic à la rescousse". Mais je ne viens à la rescousse de rien du tout, indique le joueur. Ce premier match, on n’a pas bien joué mais on l’a gagné, c’est le plus important. On s’est sorti d’une situation difficile, on a pu évacuer le stress du début de compétition. Mais ce soir [samedi], on doit faire un gros match [contre la Serbie]. » Avec Niko Karabatic en tribunes pour voir ça, pour l’instant.