Ligue 2 : La reprise du club de Valenciennes vire (déjà) au tragi-comique

FOOTBALL La société suisse III Sport Invest est censée racheter le club durant le mois de janvier. Sauf que pour l’instant rien ne se passe comme prévu…

Francois Launay

— 

La reprise du VAFC tourne au vinaigr
La reprise du VAFC tourne au vinaigr — M.Libert / 20 Minutes
  • Un protocole de vente a été signé en décembre entre le président actuel du club et la société suisse III Sport Invest.
  • Problème : les deux parties ne semblent déjà plus sur la même longueur d’ondes.
  • Pour Eddy Zdziech, les repreneurs n’ont pas apporté des garanties financières ce que démentent ces derniers.

On ne sait pas s’il vaut mieux en rire ou en pleurer. Une chose est sûre : la reprise du club de Valenciennes est en train de tourner au règlement de comptes entre vendeurs et futurs acquéreurs. Pour rappel, un protocole de vente a été signé en décembre entre Eddy Zdziech, président du VAFC depuis 2014, et la société suisse III Sport Invest représentée par plusieurs investisseurs comme Eric Besson qui devrait prendre la présidence en cas de rachat.

Le conditionnel est aujourd’hui de mise car rien ne semble fait. Si les repreneurs ont trouvé un accord pour racheter 68 % des parts de la société DBH (actionnaire majoritaire du club) moyennant 6,2 millions d’euros, les garanties financières tardent à arriver selon le président actuel.

Un manque de garanties financières ?

Dans un communiqué publié par Laurent Cotret, avocat d’Eddy Zdziech, on apprend que III Sports Invest n’aurait pas apporté les fonds nécessaires au 20 décembre comme cela était initialement prévu dans l’accord de vente. Du coup, impossible de se présenter devant la DNCG pour faire valider la reprise. L’avocat annonce même une nouvelle date limite de versement des fonds au vendredi 11 janvier soit d’ici vingt-quatre heures.

III Sport Invest assure avoir déposé les garanties devant la DNCG

De son côté, dans un communiqué publié mardi 8 janvier, III Sport Invest assure avoir déposé ce jour-là les garanties financières à la DNCG. En attendant d’être convoqué devant le gendarme du foot français pour faire définitivement valider la reprise. Difficile donc de savoir qui dit vrai dans ce jeu de poker menteur.

Besson ne s’exprimera plus avant le passage devant la DNCG le 16 janvier

Sur Twitter, Eric Besson a annoncé qu’il ne s’exprimera plus sur le dossier avant le passage devant la DNCG le 16 janvier prochain.

Une chose est sûre, si les garanties financières ne sont pas apportées, la vente, qui doit normalement aboutir avant le 31 janvier, sera annulée puisqu’il s’agit d’une condition suspensive. C’est un peu ce qu’il s’était déjà passé l’été dernier lors de la reprise avortée du club de Troyes (ligue 2) par la même société suisse. La prudence est donc de mise dans un dossier qui ne va pas aider à la sérénité d’un club déjà mal en point en Ligue 2 (18e). Et qui se serait bien passé de ce nouveau sketch.