Ligue des champions: Neymar blessé, Rabiot transféré... Le PSG peut-il dérailler avant d'affronter Manchester United?

FOOTBALL Paris part largement favori face à Manchester United en 8e de finale, mais il peut se passer des choses en deux mois...

J.L.

— 

Neymar est sorti tête basse de la pelouse du Matmut Atlantique.
Neymar est sorti tête basse de la pelouse du Matmut Atlantique. — Romain Perrocheau / AFP
  • Le PSG affrontera Manchester United en 8e de finale de la Ligue des champions, dans la position de grand favori
  • Séduisant sur le papier, Manchester United ne joue à rien avec Mourinho sur le banc
  • Mais le panorama a le temps de changer en deux mois

Pour ceux qui douteraient encore de l’état de déliquescence avancé de Manchester United cette saison. Jetez un œil aux commentaires des anciennes gloires du club après le nouveau match cataclysmique des Red Devils à Liverpool dimanche, où les hommes de Mourinho se sont fait tordre dans des proportions encore plus gênantes que le score ne peut bien le laisser penser (3-1). Une remarque parmi d’autres, Roy Keane de mémoire : « Quelqu’un qui débarquerait de la Lune pour voir ce match se dirait probablement que Manchester est une équipe moyenne d’Angleterre, comme Cardiff City quoi ».

Dit autrement : le PSG s’apprête à affronter en huitièmes de finale de Ligue des champions un Cardiff déguisé en Manchester, une toute petite équipe avec le maillot d'un très grand club. Cinquième de Premier League à des années-lumière du podium, une ambition tactique incroyablement indigente, des grands joueurs paumés ou sur le banc, et un manager au bout du rouleau. Tout est réuni pour que Paris se qualifie les doigts de pied en éventail. Sauf que le précédent du Real Madrid, à qui on promettait aussi une boucherie l’an passé, nous invite à la prudence. Voyons ce qui peut encore dérailler pour Paris d’ici février, dans un scénario du pire qu’on se refuse d’envisager pour de vrai.

José Mourinho viré pendant les fêtes

L’entraîneur portugais ressemble de plus en plus à un général à la retraite qui radote sur ses victoires d’un autre temps, l’air constamment renfrogné. Le tout dans une indifférence gênée pour le grand homme qu’il était mais qu’il n’est plus. Mourinho nous déballe des recettes qui sentent la naphtaline, et on peut deviner ses cycles d’entraîneur à l’avance 

  • Une première année réussie sur le plan des résultats malgré une qualité de jeu immonde (La Ligue Europa avec United)
  • Une deuxième année moyenne à cause d’une qualité de jeu toujours immonde mais bon il a quand même gagné un titre l’année d’avant
  • Une troisième année immonde à cause d’une qualité de jeu qui atteint des sommets d'immondice rarement aperçus à ce niveau, avec un licenciement à la clé

Il n’aura échappé à personne que José est à MU depuis trois ans et qu’il suit parfaitement sa courbe habituelle. Attention au coup dur, à savoir le board de MU qui s’énerve et qui le vire après le Boxing Day pour aller chercher Zidane à sa place. On sait comment ces choses-là se terminent avec le Français.

Pogba de nouveau titulaire et très revanchard

Un des nombreux exploits récents su Spécial One a consisté faire croire au monde que son équipe se porterait mieux avec Fellaini/Herrera/McTominay/Matic/le type de l’accueil à Old Trafford plutôt que Paul Pogba au milieu. Le champion du monde tricolore a vu Liverpool donner la fessée à ses équipiers du banc, et il sait qu’il n’a plus trop le choix s’il veut arriver à s’évader de « Mancatraz » à l’été prochain. Sortir une double perf de mutant en 8e de finale de Ligue des champions pour obliger le PSG/la Juve/le Real à claquer 120 briques au prochain mercato. Retrouver le Pogba de la Coupe du monde au seul moment qui ne nous arrange pas, c’est la vie qu’on a choisi.

Rabiot transféré le 31 janvier

Tout a été dit et écrit sur le cas Rabiot. Personne ne sait à l’heure actuelle s’il va prolonger avec son club formateur ou bien s’engager à au Barça en loucedé le 1er janvier à 1h du mat, pas même son entraîneur. « Je ne peux pas l’assurer. Parce qu’il n’a pas dit oui au PSG et pour cela toutes les choses sont possibles », a reconnu l’Allemand à la veille d’affronter Orléans en Coupe de la Ligue. Peut donc tranquillement se mettre en place le script de l’horreur

Rabiot qui part >> Antero Henrique incapable de lui trouver un remplaçant (si ce n’est un Lass Diarra bis) >> la pubalgie de Verratti qui se réveille début février >> Se pointer à Old Trafford avec une doublette Marquinhos-Draxler devant la défense.

Neymar, Mbappé, ou les deux blessés connement en Coupe de France

On ne saura jamais si le PSG se serait qualifié contre le Real au Parc avec son Brésilien, mais on a au moins appris un truc ce jour-là : il suffit d’un tout petit rien pour que Paris ne perde ses moyens, l’absence d’un joueur clé suffisant en général à ébranler tout l’édifice. Sans en arriver jusqu’à l’hécatombe de 2015, quand il avait fallu se coltiner le Barça avec la moitié de l’effectif à l’infirmerie, l’accumulation de matchs en janvier/février à cause des Coupes et des reports de matchs de L1 pue la blessure chiante sur un terrain gras de Vendée en 8e de finale de Coupe de France. Mbappé, Neymar, Thiago, faites vos jeux.

La VAR inopérante à Manchester

Plusieurs supporters parisiens ont dû hurler de joie dans leur salon quand ils ont appris que l’arbitrage vidéo serait finalement mis en place des les 8es de finale​ après un coup de pression des grands clubs qui en ont marre de se faire rouler par le Real, c’est-à-dire à peu près tout le monde. Sauf qu’avec la guigne habituelle du PSG en la matière et les facéties du calendrier (le match aller en Angleterre sera le premier 8e de finale de la compétition), vous pouvez être à peu près sûr que l’UEFA fera machine arrière trois jours avant, lâchant un truc du genre « on n’est pas prêts mais promis la semaine prochaine ce sera bon pour le Real ». Pour ce qui est de l’erreur arbitrale qui éliminera le PSG ? Allez, un but de la main du poète Lukaku puis un 0-0 bien moche au retour.