Fin d'un mythe: Wimbledon annonce l'arrivée d'un tie-break décisif à 12-12 au 5e set

TENNIS On ne verra plus jamais d'Isner-Mahut au All England Lawn Tennis Club...

J.L.

— 

Nicolas Mahut (à droite), pose à côté du tableau d'affichage avec John Isner, le 24 juin 2010, à Wimbledon.
Nicolas Mahut (à droite), pose à côté du tableau d'affichage avec John Isner, le 24 juin 2010, à Wimbledon. — Rex Features/REX/SIPA

Après la Coupe Davis telle qu’on la connaît, c’est un autre mythe du tennis qui fout le camp : Wimbledon vient de décider de mettre fin aux joutes interminables qui font le sel du tournoi londonien en introduisant un tie-break au 5e set si le score arrive juqu’à 12-12. Une mesure prise en collaboration avec les joueurs et les arbitres après une analyse miniutieuse des matchs du tournoi sur les vingt dernières années, a indiqué Philipe Brook, organisateur de Wimbledon.

« Il nous est apparu qu’il était temps d’introduire le tie-break pour de smatchs n’ayant pas atteint leur conclusion à un moment raisonnable du 5e set. Nous avons estimé que de mettre en place un jeu décisif à 12-12 représentait un point déquilibre équitable, donnant à la fois aux joueurs l’opportunité de prendre l’avantage dans une longue fin de match, tout en permettant une conclusion de la rencontre dans un laps de temps défini et acceptable pour tous »

Cela veut dire, concrètement, que plus personne ne pourra battre le record historique établi par John Isner et Nicolas Mahut en 2010, 11h05 de bataille sur deux jours et une victoire 70-68 pour l’Américain. Dans l’air du temps, cette décision a sans doute été favorisée par le scénario du dernier Wimbledon, quand un Anderson épuisé après son marahton en demi-finale (victoire 26-24 au 5e set après 6h30 de jeu… contre Isner), n’avait pu défendre ses chances correctement en finale face à Djokovic.

Roland-Garros et l’Open d’Australie sont donc les deux derniers tournois du Grand Chelem à laisser les joueurs se départager jusqu’à ce que mort s’ensuive au cinquième set.