Marseille: Le plongeur Lionel Franc va-t-il réussir le grand saut dans le Vieux-Port ? «Techniquement, je suis prêt»

PLONGEON Après avoir battu son record dans les calanques, Lionel Franc a le projet, compliqué, d’un plongeon de 40 mètres dans le Vieux-Port...

Jean Saint-Marc

— 

Lionel Franc vient de plonger de 36 mètres de haut, près de la calanque d'En Vau.
Lionel Franc vient de plonger de 36 mètres de haut, près de la calanque d'En Vau. — C. Simon / AFP
  • Le plongeur Lionel Franc rêve d'installer une grue au bout du Vieux-Port, pour sauter de 40 mètres de haut, au bénéfice d'une association caritative.
  • Mais l'adjoint au maire de Marseille chargé des sports, n'est pas vraiment enthousiasmé par le projet...

C’était une belle journée de juin 1982. Des milliers de curieux sur le Vieux-Port. Un grand fou, dans sa bagnole, qui tente de passer d’une rive à l’autre. Franck Valverde y a laissé la vie. « Depuis ce drame, les politiques sont un peu échaudés… Mais je n’ai pas pour projet de me tuer », assure Lionel Franc. Il a, en revanche, le projet de plonger de 40 mètres de haut, depuis une grue installée sur le quai des Belges, au bout de la Canebière.

« Je sais que mon sport est plus dangereux que le ping-pong, mais techniquement, je suis prêt », assure le quadragénaire, qui vient de plonger de 36 mètres de haut dans les calanques. Record battu, avec en guise de médaille, « l’impression d’être en cristal pendant 72 heures ! »

L’adjoint aux sports « ne voit pas l’intérêt »

Son nouveau défi sera porté par l’association pro-don d’organes Maryse pour la vie. Lionel Franc a déjà vérifié la profondeur du Vieux-Port : environ sept mètres. C’est assez, même s’il faudra nettoyer les lieux avant de piquer une tête : « S’il y a une montagne de caddies au fond, je risque de les prendre dans la gueule ! »

Il faudra aussi convaincre l’adjoint chargé des sports. « Je ne vois pas bien l’intérêt pour Marseille, souffle Richard Miron (LR). Il y a tellement d’autres endroits où plonger… » Lionel Franc va solliciter un rendez-vous pour « vendre [son] steak », jugé appétissant par l’Office de la mer. Amapola Ventron, sa directrice, « sera ouverte à la discussion, si les conditions de sécurité sont réunies. » Le grand saut serait-il pour bientôt ?