VIDEO. Médailles au mondiaux d'apnée: «Quand on s'entraîne dans les calanques, on est habitué à tout!», selon Morgan Bourc'his

INTERVIEW Malgré des soucis de santé, Morgan Bourc'his a ramené deux médailles de bronze des championnats du monde d'apnée au Honduras...

Propos recueillis par Jean Saint-Marc

— 

Morgan Bourc'his a réussi ses derniers championnats du monde.
Morgan Bourc'his a réussi ses derniers championnats du monde. — Daan Verhoeven
  • Deux médailles de bronze, un prix de meilleur performer de la compétition… A 39 ans, Morgan Bourc’his a réussi les meilleurs Mondiaux de sa carrière.
  • Ses sinus l’ont pourtant fait souffrir, juste avant son épreuve fétiche.

Morgan Bourc’his parle un peu du nez, ce dimanche. Ce n’est pas la conséquence d’une plongée qui aurait mal tourné, non, c’est un simple rhume. Un rhume qui ne l’a pas empêché de réussir ses championnats du monde. Le Marseillais revient du Honduras tout bronzé : il a remporté deux médailles de ce métal, plus un titre de meilleur performer sur l’ensemble de la compétition. En plein préparatifs avant un voyage retour qui va tout de même durer deux jours, Morgan Bourc’his se confie à 20 Minutes.

Ce souci aux sinus aurait pu vous pourrir les Mondiaux…

C’est arrivé deux jours avant la dernière épreuve, le poids constant sans palmes, ma discipline favorite. J’avais la gorge qui grattait, les sinus qui se congestionnaient… Ce sont des choses qui, pour nous plongeurs, sont très importantes : quand on compense nos oreilles, on compense aussi les sinus. S’ils sont obstrués, l’air à l’intérieur ne peut circuler, il se met sous pression, ça devient très douloureux.

J’ai connu deux jours de doute, j’ai utilisé beaucoup d’huiles essentielles, j’ai fait ce qu’il fallait faire ! Et le jour J, ça a marché ! Tout s’est bien passé, j’ai fait une belle plongée, finir troisième, ça reflète bien mon niveau. C’est ma place !

>> A lire aussi : VIDEO. CrossFit et technique de la carpe... Les secrets d'entraînement de l'apnéiste Morgan Bourc'his

Ces deux médailles de bronze, en poids constant sans palmes, donc, et en poids constant, cela correspond à vos objectifs ?

Ça va au-delà de mes espérances, même ! Ça ne m’était jamais arrivé d’avoir deux médailles de bronze. En poids constant, c’était vraiment inespéré. Et j’ai fait aussi une belle plongée en immersion libre, j’avais annoncé 102 mètres ce qui m’aurait permis d’obtenir la médaille d’argent… Mais malheureusement j’ai dû tourner un peu avant pour un équilibrage des oreilles un peu limite au fond.

Morgan Bourc'his en immersion libre.
Morgan Bourc'his en immersion libre. - Daan Verhoeven

C’étaient vos derniers championnats du monde ?

Sans doute, oui. Je vais continuer les compétitions, mais je ne pense pas retourner aux mondiaux. C’est une formule plus stressante, avec une seule tentative. Et puis cette échéance fin août-début septembre, ça demande des sacrifices familiaux. Les étés ne sont pas complètement normaux, puisque je suis arrivé au Honduras deux semaines avant le début de la compétition, pour m’acclimater.

Quelles étaient les conditions climatiques au Honduras ? On a cette image de plages paradisiaques, d’eaux turquoise, c’est un cliché ou c’est vrai ?

C’est très beau, oui ! J’ai eu le temps de faire de l’exploration, d’aller nager sur les coraux, avec des poissons magnifiques, ça fait partie de l’aventure. A l’entraînement, on était parfois soumis à des courants, du vent, des orages, des pluies… On est sur une zone avec beaucoup de cyclones qui se forment, on a d’ailleurs subi des bribes de la tempête Harvey.

Mais ça restait de très belles conditions de pratique, avec une eau à 29 degrés… Presque trop chaude ! C’est confortable, on n’a jamais froid… Mais le corps réagit mieux à l’apnée dans une eau à 15-20 degrés que dans une eau à 29 degrés.

>> A lire aussi : Morgan Bourc'his: «A Marseille, les plongées en apnée se méritent un petit peu»

Ça devait vous changer des calanques, où l’eau est très froide… (particulièrement en ce moment, d’ailleurs).

J’ai vu que le mistral était passé par là, oui ! Ce qui est bien, quand on s’entraîne dans les calanques, c’est qu’on est habitué à tout ! Les courants, le froid, le vent… Le Honduras, c’était très différent des calanques. Mais je suis quand même content de rentrer à la maison !