Boxe: Le sulfureux vice-président de la Fédération internationale, que le CIO ne veut plus voir, se défend

BOxE L'homme d'affaires ouzbek Gafur Rakhimov, qui fait partie des «criminels majeurs» de son pays selon les Etats-Unis, est la raison pour laquelle le CIO envisage de retirer la boxe des sports olympiques...

N.C. avec AFP

— 

Un combat de boxe aux JO 2016 de Rio (photo d'illustration).
Un combat de boxe aux JO 2016 de Rio (photo d'illustration). — CHINE NOUVELLE/SIPA

Gafur Rakhimov, voilà le nom de l’homme au cœur des problèmes actuels entre la Fédération internationale de boxe amateur (AIBA) et le Comité international olympique. L’homme d’affaires ouzbek, vice-président de l’AIBA, fait partie des «criminels majeurs» de son pays selon les Etats-Unis. Son profil inquiète le CIO, qui a menacé cette semaine de retirer la reconnaissance olympique à l’AIBA et a de nouveau indiqué qu’elle pourrait supprimer la boxe du programme des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 « si les problèmes de gouvernance ne sont pas résolus ».

Ce samedi, Rakhimov s’est défendu dans un mail adressé à l’AFP. « La vérité c’est que bien sûr je n’ai jamais été impliqué dans des organisations criminelles transnationales, a-t-il assuré. Toutes les fausses allégations ont été fabriquées par le précédent régime de mon pays, l’Ouzbékistan. » Qui était alors présidé par Islam Karimov.

Fin août, la directrice en charge de l’éthique et de la conformité au CIO, la Française Pâquerette Girard Zappelli, avait adressé le 31 août un courrier au controversé homme d’affaires, lui intimant de ne pas se présenter à l’élection. « Seuls les candidats bénéficiant d’une situation totalement claire peuvent briguer un mandat de président », avait-elle expliqué.

Des proches de l’ancien régime « ont exigé que mes entreprises en Ouzbékistan ​(les) soutiennent financièrement et ils ont menacé de nombreux autres chefs d’entreprise, mais j’ai refusé. Cependant, les pressions ont continué et en 2010, avec ma famille j’ai dû quitter le pays pour notre sécurité », a poursuivi Gafur Rakhimov.

Pas d’accréditation pour les JO de la Jeunesse à Buenos Aires

Ces proches de l’ancien régime « ont livré de fausses allégations au Département américain du Trésor afin de détruire mon activité », a ajouté M. Rakhimov qui assure que ses avocats ont fait « de grands progrès » et qui se dit « très confiant que l’erreur sera corrigée dans les trois à six prochains mois ». Le président Islam Karimov est décédé en septembre 2016. Son ancien Premier ministre Shavkat Mirziyoyev lui a succédé à la présidence.

Cette semaine, le CIO a annoncé avoir « gelé » ses relations avec l’AIBA, et a refusé d’accorder une accréditation à Gafur Rakhimov pour les Jeux olympiques de la Jeunesse qui débutent samedi à Buenos Aires et qui comportent une compétition de boxe.