Coupe du monde 2018: Kylian Mbappé checke une Pussy Riot qui a envahi le terrain pendant la finale

IMAGE La photo du joueur français en train de taper dans les mains d’une des Pussy Riot ayant fait irruption sur le terrain pendant le match a fait le tour des réseaux…

Marie De Fournas

— 

Le checke de Kylian Mbappé à une Pussy Riot
Le checke de Kylian Mbappé à une Pussy Riot — Kieran McManus/BPI/Shut/SIPA

La scène devient un symbole fort. A la 53e minute de la finale de la Coupe du monde opposant la France à la Croatie, un groupe de quatre personnes a fait irruption sur le terrain. Vêtus d’un uniforme costume cravate, ils ont rapidement été arrêtés par le service de sécurité russe. Avant d’être évacuée, une femme du groupe a eu le temps de se diriger vers Kylian Mbappé, bras en l’air afin de lui taper dans les mains. Une invitation que le jeune joueur de l’équipe de France a acceptée.

La photo de cet improbable checke a rapidement fait le tour du Web, d’autant que l’envahissement de terrain a été revendiqué par les Pussy Riot. Il s'agit d'un groupe russe de musique punk rock féministe dont le nom signifie « émeute de chattes ». Il organise depuis 2011 des performances artistiques non autorisées par les autorités russes afin de promouvoir les droits des femmes en Russie. Les Pussy Riot dénoncent l’oppression politique et la censure en Russie. Sur leur compte Facebook elles ont publié : « Bonjour à tous depuis le terrain de Luzhniki, c’est cool ici ! »

Pour certains, l'image de Kylian Mbappé tapant dans les mains d'une Pussy Riot ayant envahi le terrain est iconique.
Pour certains, l'image de Kylian Mbappé tapant dans les mains d'une Pussy Riot ayant envahi le terrain est iconique. - Capture Twitter
Pour certains, l'image de Kylian Mbappé tapant dans les mains d'une Pussy Riot ayant envahi le terrain est iconique.
Pour certains, l'image de Kylian Mbappé tapant dans les mains d'une Pussy Riot ayant envahi le terrain est iconique. - Capture Twitter

En opposition à cette photo, celle du joueur croate Dejan Lovren, qui de son côté a violemment éjecté du terrain de ses propres mains l’un des envahisseurs.

Le Croate Dejan Lovren expulsant violemment un Pussy Riot du terrain.
Le Croate Dejan Lovren expulsant violemment un Pussy Riot du terrain. - Capture Twitter

En 2012, trois de leurs membres avaient été condamnées à deux ans d’emprisonnement en camp de travail pour vandalisme et incitation à la haine religieuse. Les trois femmes avaient réalisé une exhibition jugée profanatoire dans une église orthodoxe. Des sanctions qui ne semblent pas les avoir arrêtées. 

>> A lire aussi : Les Pussy Riot comparent Trump à Poutine dans leur nouveau clip