VIDEO. Coupe du monde 2018: Des supporters nus dans la fontaine des Terreaux, d'autres sautant sur des voitures... Un vent de folie à Lyon!

FOOTBALL Malgré l’absence d’écran géant dans le centre-ville, Lyon a célébré avec une passion assez dingue la qualification de l’équipe de France pour la finale de la Coupe du monde mardi, jusqu’au bout de la nuit…

Jérémy Laugier

— 

Des dizaines de Lyonnais se sont mis à bondir sur des voitures ayant le malheur de passer quai Saint-Antoine mardi soir.
Des dizaines de Lyonnais se sont mis à bondir sur des voitures ayant le malheur de passer quai Saint-Antoine mardi soir. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Les Lyonnais n’ont visiblement pas besoin d’avoir un écran géant en Presqu’île pour célébrer comme il se doit la cinquième finale majeure des Bleus en 20 ans. A peine la qualification assurée mardi contre les Belges (1-0), grâce au gone de Ménival Samuel Umtiti qui plus est, des milliers de supporters se sont emparés du coin de la place Bellecour, tout comme des Terreaux et des quais de Saône. Klaxons, drapeaux, fumigènes, paquito et chants à tue-tête… Tout y est passé jusque très tard dans la nuit dans le centre-ville.

Parmi les séquences pépite de la fin de soirée, on notera l’audace d’une dizaine de jeunes montrant leurs fesses depuis le haut de l’emblématique fontaine Bartholdi, provoquant les rires d’une place des Terreaux bondée. Ceux-ci ont conclu leur délire en piquant une tête, totalement nus, dans la fontaine.

Une dizaine de supporters des Bleus ont tenu à fêter la qualification en montrant leurs fesses à une place des Terreaux bondée.
Une dizaine de supporters des Bleus ont tenu à fêter la qualification en montrant leurs fesses à une place des Terreaux bondée. - Jérémy Laugier/20 Minutes

On imagine à peine ce que donnerait un succès dimanche en finale (un écran géant sera bien installé… mais au Parc OL de Décines) au vu des interminables célébrations mardi dans toute la Presqu’île, le tout sans véritable débordement. Parmi les moments un peu tendus, on a pu constater le désarroi des automobilistes s’arrêtant à un feu du quai Saint-Vincent. Les véhicules y ont tous été secoués, avant que des piétons ne sautent gaiement dessus. Note pour dimanche soir : la voiture n’est définitivement pas une bonne idée.

>> A lire aussi : VIDEO. Coupe du monde 2018: «Kanté reverrai-je?»... Les dix punchlines les plus dingos du Footoir Public durant France-Belgique