Tour de France 2018: Chris Froome revendique le droit de défendre son titre sur la Grande Boucle

CYCLISME Chris Froome n'en a que faire des critiques à son égard...

W.P.

— 

Pas sûr que Froome reçoive un accueil aussi chaleureux en France
Pas sûr que Froome reçoive un accueil aussi chaleureux en France — SWpix.com/Shutterstock/SIPA

Voilà dix bons mois que Christopher Froome a fait l’objet d’un contrôle antidopage anormal au salbutamol, sans que ne soit prise de décision à son égard de la part des instances du vélo et/ou de la lutte contre le dopage. Du coup, le Britannique pédale. Vite, fort. Comme toujours, il finit par mouliner vers la victoire. Il vient de remporter le Giro et s’apprête à défendre son titre sur le Tour de France​. « Je n’ai rien fait de mal, j’ai parfaitement le droit de courir », s’est défendu le leader de la Sky au micro de… Sky Sports.

L’accueil hostile ? Même pas peur

Si rien (à part Bernard Hinault qui appelle à une grève des coureurs) ne semble pouvoir empêcher Froome de s’aligner sur la Grande Boucle, on peut facilement deviner que le public français ne lui réservera pas un accueil des plus chaleureux sur les routes hexagonales. Là encore, ça ne semble pas gêner le leader de la Sky.

« Au fil des ans, nous avons toujours eu une petite foule pas heureuse de nous voir, pour quelque raison que ce soit. Nous avons toujours été confrontés à l’adversité, c’est quelque chose qu’on gère sur le moment. Espérons que cela n’interfère pas avec la course. » Toute ressemblance avec le discours d’un champion déchu du Tour de France est fortuite.