Coupe du monde 2018: «Je présente mes excuses aux supporters», le sélectionneur tunisien ne fait pas le malin

FOOTBALL La Tunisie n’a pas existé contre la Belgique (5-2) et se retrouve pratiquement éliminée avant le troisième match…

Julien Laloye

— 

Skhiri député après le 5e but tunisien.
Skhiri député après le 5e but tunisien. — Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
  • « Pour moi, on a été ridicules vu la physionomie et le score », a admis Nabil Maaloul.
  • Les coéquipiers de Khazri étaient cramés au bout d’une heure. « Athlétiquement on n’a pas suivi », a reconnu le sélectionneur tunisien.

De notre envoyé spécial à Moscou,

Un malaise absolu pour les fans tunisiens et une déception pour les connaisseurs qui avaient été séduits par l’attitude des joueurs de Nabil Maaloul lors des matchs de préparation. Voilà les Aigles de Carthage pratiquement éliminés à moins d’un miracle, comme les Marocains, mais sans avoir laissé la même trace dans les esprits.

Justement battue par l’Angleterre pour avoir été trop peureuse (2-1), la Tunisie a été punie par la Belgique dans des proportions gênantes (5-2)​, et elle peut dire merci à Michy Batshuayi. L’ancien Marseillais aurait dû prendre la place de meilleur buteur du Mondial sur le quart d’heure où il a joué, mais il a ingurgité toutes les feuilles A3 des imprimantes du Spartak Stadium

Aussi embêté que nous par le spectacle proposé aux nombreux fans tunisiens qui s’étaient coltinés le voyage jusqu’à Moscou, Nabil Maaloul a immédiatement fait amende honorable en conférence de presse :

Comme nous nous y attendions, cela a été un match extrêmement difficile, extrêmement dur. Il ne faut pas oublier que les Belges sont supérieurs, mais nous tenons à présenter nos excuses aux supporteurs tunisiens nombreux dans le stade ! Pour moi, on a été ridicules vu la physionomie et le score. Prendre une débâcle 5 à 2, c’est ridicule. On n’a pas été ridicule quand on voit la possession [52/48 pour la Belgique], mais athlétiquement on n’a pas suivi. »

Déjà privée de son gardien titulaire au bout d’un quart d’heure contre l’Angleterre, la Tunisie a encore perdu deux joueurs sur le champ de bataille avant la mi-temps (Bronn et Ben Youssef), ce qui a considérablement déprimé le reste des troupes : « C’est vrai que les deux blessures nous ont déstabilisés, reconnaissait l’entrant Naguez. Surtout si on ajoute les quelques occasions qu’on a manquées à 2-1 pour eux, c’est devenu compliqué. On a donné le maximum mais on a perdu trop de ballons faciles et derrière ils n’avaient plus qu’à profiter des espaces ».

Physiquement, le maximum a fait un peu peine à voir et il faudra quand même que le préparateur physique de cette équipe rende des comptes. Les coéquipiers de Khazri étaient cramés au bout d’une heure, le moment où ils ont décidé de lâcher l’affaire. A moins que le Panama n’accroche l’Angleterre dimanche, ils vont rentrer au pays bien vite. Ce n’était pas comme ça qu’on imaginait l’histoire, vraiment.