La Ligue 1 n'attend plus qu'eux

David Phelippeau - ©2008 20 minutes

— 

Gagner pour valider son examen de passage. Le 25 avril 2008 restera-t-il une date historique dans l'histoire du FC Nantes ? Réponse vers 22 h 15 ce soir. Un succès des Canaris (2es) - qui accueillent à la Beaujoire (35e journée de L2) Montpellier (11e) - garantirait l'accession en Ligue 1, douze mois après l'avoir quittée. « Au bout des 90 minutes, il y a une issue très excitante, estime le défenseur latéral droit Olivier Thomas. C'est magnifique de pouvoir finaliser notre saison devant notre public. En juin dernier, beaucoup d'entre nous sont venus dans l'intention de faire monter ce club mythique. Demain soir [ce soir], on sera peut-être très fiers de nous ! » Les Canaris n'imaginent pas un seul instant un quelconque échec face aux hommes de Rolland Courbis. « On a attendu ce match toute la saison ! » reconnaît Mamadou Bagayoko. « La motivation, on n'a pas besoin d'aller la chercher bien loin », ajoute Yohan Poulard. Souvent peu enclin à ergoter tant que mathématiquement rien n'est fait, l'entraîneur Michel Der Zakarian - privé ce soir de Da Rocha (fracture des côtes), Dossevi (cuisse) et Goussé (dos) - adresse, de son côté, une petite pique aux pessimistes et détracteurs de l'intersaison. « Personne ne donnait cher de notre peau en début de saison, se souvient-il. Beaucoup pensaient qu'on allait végéter en L2 un sacré moment. On va faire taire tous ces gens-là ! »