VIDEO. NBA: «Strasbourg, c'est la maison», clame Frank Ntilikina de retour dans le gymnase de ses débuts

BASKET Le jeune meneur strasbourgeois des Knicks a rencontré jeudi des collégiens dans le gymnase où il a commencé le basket...

Alexia Ighirri

— 

VIDEO. Strasbourg: Frank Ntilikina de retour dans le gymnase de ses débuts
VIDEO. Strasbourg: Frank Ntilikina de retour dans le gymnase de ses débuts — A. Ighirri / 20 Minutes
  • Au repos depuis la fin de saison des Knicks en NBA, le jeune basketteur Frank Ntilikina était à Strasbourg jeudi.
  • Le Strasbourgeois, joueur français le mieux drafté de l'histoire, s'est rendu dans le gymnase de la ville qui a vu ses débuts au basket avec le club de Saint-Joseph.

« Tu as encore grandi ! Qu’est-ce qu’il te donne ? », sourit un homme au moment de saluer le basketteur, qu’il a connu tout petit. Oui, même loin des Knicks et du Madison Square Garden, Frank Ntilikina joue à domicile.

Profitant de quelques jours de repos après sa première saison en NBA, le meneur strasbourgeois a retrouvé jeudi le chemin du gymnase Louvois où il a commencé le basket avec le club de Saint-Joseph.

Questions-réponses entre les collégiens et Ntilikina

A l’intérieur du gymnase de ses débuts, des élèves de deux classes du collège Fustel de Coulanges attendent le joueur français le mieux drafté de l'histoire en juin 2017. A son arrivée, leur séance de basket s’interrompt pour laisser place à une session de questions-réponses avec le rookie NBA.

Avec des questions classiques sur sa taille, sa passion pour le basket, son surnom («The French Prince »), son idole plus jeune (« LeBron James») mais aussi quelques interrogations plus surprenantes dont une malicieuse: «Est-ce qu’un autre club vous a proposé un contrat ?» Mais Frank Ntilikina lui expliquera qu’il est bien New-Yorkais.

Frank Ntilikina « c’est comme Ronaldo mais dans le basket »

Les plus jeunes, qui ont d’abord découvert Frank Ntilikina à la SIG Strasbourg avant de voir quelques-uns de ses matchs en NBA à la télévision, le trouvent « bien », « fort » et « beau ». « C’est comme Ronaldo mais dans le basket », rajoutera l’un des collégiens. « C’est rare de voir quelqu’un de fort sur le terrain mais aussi dans sa tête », estime Achraf qui aura eu l’occasion de mettre un panier secondé par Frank Ntilikina jeudi.

Frank Ntilikina a-t-il conscience de l’effet qu’il a aujourd’hui sur les jeunes Strasbourgeois ? « Ça fait un petit peu bizarre. Mon objectif c’est de leur donner le meilleur exemple pour qu’eux essayent d’accomplir leurs objectifs avec le plus d’aisance possible », répond le basketteur.

« Quand je vois tous ces jeunes ça me rappelle moi petit, jouant ici avec l’espoir un jour d’être un joueur NBA. Ça me fait quelque chose, j’ai passé 13 ans de ma vie ici. »

Outre les collégiens, des membres de son premier club Saint-Joseph étaient présents. Dont deux de ses meilleurs amis, depuis qu’ils ont joué ensemble en minimes, avec qui Frank Ntilikina est quotidiennement en contact. « D’avoir cet entourage, avec qui on reste en contact au quotidien malgré la distance ça fait toujours plaisir. Ils m’apportent beaucoup. »

« Il n'a pas du tout changé »

Lilian est l’un des deux amis en question. « Je me réveille, je regarde ses stats et je lui envoie un message, raconte le jeune homme. Quand il revient, il passe à la maison, on mange ensemble. Il n'a pas du tout changé : il rigole toujours autant, il est toujours aussi posé. Excepté physiquement ! Quand je l’ai vu j’ai fait “ouuuufff” ».

« Ça reste Frank : il est content de ce qu’il a accompli, mais il veut toujours progresser. Il dit qu’il peut mieux faire, il a raison mais on est reste extrêmement fier »

Le lien avec Strasbourg est toujours aussi fort : « On n’oublie jamais d’où on vient. Strasbourg pour moi, c’est la maison. De revenir, de revoir la famille et les amis, ça fait du bien, ça donne de la force pour repartir encore plus motivé. »

Pas étonnant alors de voir qu’il souhaite s’investir pour le quartier qui l’a vu grandir, et travailler main dans la main avec la ville de Strasbourg et le club Saint-Joseph sur un projet de terrain couvert.

>> A lire aussi: Les choses à savoir sur Frank Ntilikina, le jeune meneur que la draft NBA attend