Points forts et points faibles de quatre équipes à la lutte pour le maintien

P.K., A.M., J.S., N.S.

— 

Paris St-Germain's captain Pauleta (R) of Portugal reacts next to Racing Strasbourg's goalkeeper Stephane Cassard (L) in their French soccer League one match at the Parc des Princes stadium in Paris  April 2, 2008. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE)
Paris St-Germain's captain Pauleta (R) of Portugal reacts next to Racing Strasbourg's goalkeeper Stephane Cassard (L) in their French soccer League one match at the Parc des Princes stadium in Paris  April 2, 2008. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE) — REUTERS/Charles Platiau

Dernière ligne droite pour les quatre clubs de Ligue1 les plus menacés par la descente. Radioscopie du bas de tableau avant la 34e journée.

Toulouse FC (16e, 38 pts)
Points forts
Une dynamique positive: le TFC reste sur cinq matchs sans défaite, dont deux succès (et un seul but encaissé) depuis la défaite à domicile contre Sochaux (1-2) le 8 mars, qui l'avait rejeté à l'avant-dernière place de L1.

Une différence de buts (-4) bien moins mauvaise que celle de ses concurrents, qui peut avoir son importance en cas d'égalité au nombre de points.

Le réveil de Johan Elmander, l'atout offensif n°1 de Toulouse, qui a inscrit à Monaco samedi dernier (victoire 2-0) son 11e but en L1 de la saison, après quatre mois de disette.

Points faibles
Le TFC n'a plus gagné à domicile en L1 depuis le 8 décembre (1-0 contre Lille). Or, il disputera trois de ses cinq derniers matchs au Stadium contre Bordeaux, le PSG puis Valenciennes.

Un manque de maîtrise technique, notamment au poste de milieu récupérateur, qui handicape l'équipe lorsqu'elle doit prendre le jeu à son compte.

RC Lens (17e, 35 pts)
Points forts

Des joueurs d’expérience (Carrière, Monterrubio), qui ont déjà connu des situations difficiles. Leclercq a aussi déjà sauvé Lens. Les Sang-et-Or peuvent compter sur le soutien indéfectible de leurs supporters.

Points faibles
De l’eau dans le gaz entre Jean-Pierre Papin et Daniel Leclercq.
Des cadres défaillants: Hilton en défense, ou Aruna en attaque, sont loin de leur meilleur niveau.
Les Lensois ont aussi un calendrier difficile: Lille et Bordeaux lors des deux dernières journées.

Paris Saint-Germain (18e, 35 pts)

Points forts
Des joueurs de classe internationale, comme Pauleta et Rothen, qui peuvent gagner un match sur une action.
Un calendrier plus favorable: le PSG rencontre essentiellement des clubs de deuxième partie de tableau.

Points faibles
Une défense toujours aussi friable et un gardien peu en confiance.
Un mental défaillant, l’équipe est souvent en difficulté dans les moments chauds.
Un entraîneur, Paul Le Guen, aux choix contestés.

RC Strasbourg (19e, 35 pts)

Points forts
Un club soudé. Il y a quelques années, une série de six défaites d’affilée et l’entraîneur aurait été viré, le vestiaire en feu. Rien de tel cette saison. Le Racing positive, même si ce discours peut exaspérer.
Un fond de jeu retrouvé. Depuis trois matchs, l’équipe rejoue bien et se crée beaucoup d’occasions. Ne reste plus qu’à les concrétiser.

Points faibles.
Une attaque en berne. Aucun but inscrit depuis 7 h 36 minutes de jeu, 18 matchs sur 33 de L1 conclus sans marquer.
Un calendrier épicé. Lors des cinq dernières journées, le Racing va affronter trois des quatre premiers du classement: Lyon (1er), Nancy (4e) et Marseille (3e).
Des adversaires directs de taille: Toulouse (16e), Lens (17e) et le PSG (18e) possèdent des budgets sans commune mesure avec celui de Strasbourg (19e).