Encore des gardes à vue dans l’affaire de la banderole

— 

La commission de discipline de la LFP a un programme très chargé, jeudi, avec l'audition de dirigeants du Paris SG dans le cadre de l'affaire de la banderole anti-Ch'tis, la convocation de Johan Micoud pour une simulation lors de Bordeaux-Nancy et l'examen du cas Kombouaré après sa 3e exclusion en un an.
La commission de discipline de la LFP a un programme très chargé, jeudi, avec l'audition de dirigeants du Paris SG dans le cadre de l'affaire de la banderole anti-Ch'tis, la convocation de Johan Micoud pour une simulation lors de Bordeaux-Nancy et l'examen du cas Kombouaré après sa 3e exclusion en un an. — AFP/Archives

Trois personnes ont été placées en garde à vue mercredi après-midi dans le cadre de l'enquête sur la banderole injurieuse déployée au Stade de France lors de la finale de la Coupe de la Ligue Paris SG-Lens, selon RTL.

Ces trois supporteurs, proches des Boulogne Boys, sont soupçonnés d'avoir participé au déploiement de la banderole anti-Ch'tis ce qu'ils nient.

Plus d’infos à venir sur 20minutes.fr…

Six personnes ont déjà été mises en examen dans le cadre de cette affaire pour «provocation à la haine ou à la violence lors d'une manifestation sportive», des faits passibles d'un an d'emprisonnement, 15.000 euros d'amende et trois ans d'interdiction de stade.

Dissolution

La banderole injurieuse était constituée de 11 morceaux de 5 mètres, portés par au moins onze personnes, selon le procureur de Bobigny. Selon l'enquête, elle a été confectionnée la veille au soir aux abords du local des "Boulogne Boys" au Parc des Princes.

La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, doit tenir un point de presse jeudi après-midi au lendemain de la réunion de la Commission nationale consultative pour la prévention des violences dans les enceintes sportives, saisie pour avis du projet de dissolution de «l'Association nouvelle des Boulogne Boys» et du groupement «Faction Metz».