France-Colombie: Toutes les questions que va se poser Deschamps au réveil (s’il a réussi à dormir)

FOOTBALL Le sélectionneur était tricolore était très remonté contre ses joueurs après la remontada colombienne (2-3)…

Julien Laloye

— 

DD s'apprête à faire une connerie.
DD s'apprête à faire une connerie. — Michel Euler/AP/SIPA

Au Stade de France,

Depuis le temps qu’il est à la tête de l’équipe de France, Didier Deschamps a déjà dû avoir envie de distribuer quelques paires de baffe de temps en temps à quelques-uns de ses joueurs.. Mais ça faisait longtemps qu’on n’avait pas quitté le sélectionneur aussi colère qu’après l’écroulement improbable de ses troupes après une première demi-heure qui laissait présager une demontada plutôt qu’une remontada.

« En deuxième mi-temps, panne de courant, comme on dit... Les ingrédients n'étaient pas là. L'équipe colombienne avait cette fibre accrocheuse, ne lâchait rien. Indépendamment des erreurs, dans les intentions on n'était pas là, là-dessus ils nous ont donné une leçon. Il y a beaucoup de qualité dans ce groupe mais ça ne suffit pas, les exigences du haut niveau demandent beaucoup plus. On a peut-être fait preuve de suffisance, le haut niveau ne pardonne pas »

DD n’est pas le genre à renverser la table pour un amical qui se goupille pas, mais le scénario a peut-être ébranlé quelques certitudes dans son esprit. On imagine aisément le genre de question qui a dû escorter une nuit difficile. Florilège

Je fais quoi avec ma charnière,  je remets Koscielny direct ?

La grosse déception du soir. Passons vite sur le cas Umtiti, parce que le défenseur catalan a jusqu’ici toujours été irréprochable en équipe de France et qu’il a plutôt fait son match en dehors de ce tacle lunaire sur le penalty de la gagne offert à la Colombie. Pour ce qui est de Varane, en revanche, ça devient inquiétant. Pour mater le Real de temps en temps, un match comme ça, le Français en a fait dix cette saison : une ou deux absences au marquage, des relances pour personne dés qu’elles dépassent les dix mètres, et la sensation globale d’un manque de sérénité contagieux. Koscielny, qui semblait distancé par son âge et son niveau de performance, aura peut-être son mot à dire, finalement.  

Et si je repassais au 4-3-3, parce que là c’est n’importe quoi devant ?

Confidence intéressante de Samuel Umtiti, qui est allé chercher plus loin que l’excuse de l’état d’esprit défaillant. «On doit travailler, parce qu’il y a pas mal de joueurs offensifs, mais il faut garder l’équilibre, surtout lors de ces grands matchs face à des équipes qui sont capables de garder le ballon comme ça, on doit faire mieux ». Ce que Patrick veut dire  : Les Bleus alignent beaucoup d’attaquants parce que ça déborde du réservoir, mais c’est l’équilibre général qui en souffre. Lemar et Mbappé ne se battent pas pour faire les replis défensifs, Griezmann estime qu’il a le droit de pas presser comme un mort de faim de temps en temps, et les latéraux aiment partir à l’aventure dans les bois. Un 4-3-3 des familles ne serait-il pas la solution idéale dans ces rencontres compliquées où il faut déjà se battre pour avoir le ballon avant de savoir quoi à en faire ? Ca demande de laisser un attaquant de plus sur le banc, mais l’équipe en a peut-être besoin.

Kanté, il en fait pas un poil trop tout de même ?

Impression fugitive. Le tracteur tout terrain des Blues permet aux autres de se cacher. Son activité est telle qu’il bosse pour deux ou trois, ce qui conduit inconsciemment ses partenaires à se relâcher au fur et à mesure que le match avance, l’air de penser que de toute façon, Ngolo fera le boulot.  Même le coureur de fond Matuidi passe pour un resquilleur à coté de Kanté, alors imaginez Pogba et ses petites accélération en trotinette. Le petit Makelele est indispensable, mais il ne doit pas être un excuse pour que les autres se mettent à glander à la perte de balle.

Bon, je le trouve quand mon joker offensif qui fait basculer les matchs ?

L’un des derniers chantiers de DD. Trouver, parmi les 10 attaquants qui pourraient sans problème être titulaires dans cette équipe, celui qui débloquera enfin un match mal embouché en sortant du banc. Dembélé a tenté des choses, mais à la fin, remplacer Mbappé t’enlève une possibilité au lieu d’en ajouter. Ben Yedder n’a pas vu un bon ballon, Thauvin est rentré trop tard, et Martial a suivi ça du banc avant d’avoir sa chance en Russie, sans doute. Restent Fekir et Lacazette, qui n’ont pas forcément perdu de points vendredi soir.

>> A lire aussi: Equipe de France: Et sinon, quand est-ce que le banc fera enfin la différence?

Mbappé, je le laisse continuer à faire ce qu’il veut, où j’interviens ?

Pour que ce soir clair : le petit génie du foot français n’a pas marqué mais il a fait des différences énormes au plus fort de la domination française. Passeur brillant sur le deuxième but, il a joué au diabolo avec les organes de Fabra, le pauvre colombien envoyé à la boucherie par Pekerman. Sauf que l’attaquant parisien a du mal à rester fixer sur le côté droit. Il se balade un peu partout dans l’axe, ce qui oblige souvent Griezmann à s’éloigner du but pour compenser en occupant l’espace libre. Sans parler du peu d’appétance de Kylian pour les replis défensifs. C’est sans doute un débat qui s’éteindra de lui-même quand Mbappé sera déclaré beaucoup trop fort pour ne pas le laisser faire ce qu’il veut. En attendant, ça se pose.

A ce propos, il fait quoi Moussa Sissoko en juin ?

On dit ça parce que dans l’hypothèse d’un retour au 4-3-3 pour les gros matchs, il y aurait pas une place toute chaude pour ce bon Moussa, disons à coté de Pogba et Kanté ? Allez Didier, laisse-toi aller, on sait que t’en meurs d’envie.