Tennis: Avec son nouveau tournoi Challenger, Lille change de dimension

Tenni: Lille Pour la première fois de son histoire, la métropole organise du 19 au 24 mars un tournoi de catégorie Challenger...

Francois Launay

— 

Le tournoi de Lille a débté lundi
Le tournoi de Lille a débté lundi — Laurent Sanson/Play in Challenger Lille
  • Après des années de tournoi Futures, Lille tient enfin son tournoi Challenger
  • Avec un budget estimé à 400 000 euros, le nouveau tournoi espère attirer sponsors et grand public.
  • Pour cette première édition, les têtes d’affiche (Tomic, Mahut, Halys) ont été rapidement éliminées.

Son élimination précoce n’est pas une bonne nouvelle pour les organisateurs. Sorti mercredi en huitième de finale par l’Espagnol Olaso (7-6, 6-7, 6-3), Nicolas Mahut était la tête d’affiche du Play in Challenger de Lille. Pas forcément idéal quand vous êtes en quête de notoriété médiatique.

400 000 euros de budget

Car pour la première fois de son histoire la métropole nordiste organise un tournoi de la catégorie Challenger. 50 000 dollars de dotation pour les joueurs, 7200 dollars et 80 points ATP pour le vainqueur, environ 400 000 euros de budget pour l’organisation, bref une autre dimension pour les dirigeants du TC lillois qui accueille l’événement dans ses murs.

« On change de dimension »

« On change de dimension. On est passé sous la coupe de l’ATP avec un cahier des charges plus contraignant et des exigences plus élevées chez les joueurs. On monte vraiment d’un cran. À nous de montrer que Lille est une place forte du tennis en France et qu’elle a toute sa place pour accueillir un tournoi de dimension internationale », explique Antoine Sueur, président du TC lillois.

Pendant de nombreuses années, le club nordiste (800 licenciés) a organisé l’Open du Nord, tournoi de catégorie Futures, inférieur aux Challenger. Mais pour intéresser collectivités, sponsors et public, les dirigeants ont réfléchi à organiser un tournoi plus prestigieux.

Des ajustements à faire

Place donc au Play In Challenger où les joueurs qui viennent sont mieux classés. Manque de bol pour cette première, les principales têtes d’affiche (Tomic, Mahut, Halys, Moutet) ont vite été sorties. Même si les à-côtés comme l’exhibition entre Michael Lllodra et Paul Henri Matthieu mercredi ont été réussis ; il reste encore du boulot.

« On a eu quelques ajustements à faire en début de tournoi car il y a eu des choses auxquelles on ne s’attendait pas. Par exemple, les cordeurs ont dû travailler toute la nuit. Il y a eu plus de cordages ici qu’à Metz qui est pourtant un tournoi plus relevé (ATP 250). Même choses pour les chambres d’hôtel. Avant, les joueurs de simples jouaient le double. Là, on a eu 20 équipes de double qui sont arrivées et qu’il a fallu loger. C’est vraiment un autre monde. Mais on est prévenu pour l’an prochain », sourit Henri Magniant, ex-président du TC Lille et désormais président délégué du comité du tournoi.

Un tournoi lillois qui doit désormais s’installer sur la durée. Et qui sacrera dimanche un vainqueur forcément inédit et désormais inattendu.