Ils tentent d'éteindre la flamme... David Douillet présente le badge de protestation...

LE JOURNAL DES JO Retrouvez tous les jours toutes les infos sur les JO…

— 

Le badge qu'entendent porter les sportifs français avant et pendant les jeux Olympiques de Pékin a pour but d'appeler "à un monde meilleur", via le respect des droits de l'Homme, mais aussi d'assurer la sérénité d'athlètes souvent las d'être sollicités sur la situation au Tibet.
Le badge qu'entendent porter les sportifs français avant et pendant les jeux Olympiques de Pékin a pour but d'appeler "à un monde meilleur", via le respect des droits de l'Homme, mais aussi d'assurer la sérénité d'athlètes souvent las d'être sollicités sur la situation au Tibet. — Patrick Kovarik AFP

Dimanche 6 avril

Toutes les infos sur les JO sont sur 20minutes.fr…

Oui au boycott économique, non au boycott sportif

BOYCOTT - Mais pourquoi les sportifs feraient le boulot des politiques et des businessmen? «Comme athlète, je serais très heureux d'être aux côtés des gouvernements, et certainement du monde des affaires s'ils voulaient arrêter de commercer avec la Chine», a déclaré Le quintuple médaillé d'or olympique et premier porteur de la flamme olympique à Londres dimanche, Steve Redgrave. Mais «il n'y a personne qui s'abstient de faire des affaires avec la Chine. Alors pourquoi les sportifs devraient être les boucs émissaires de ces questions-là».

Ils tentent d'éteindre la flamme

FLAMME - Deux manifestants pro-Tibet ont été arrêtés dimanche matin après avoir tenté d'éteindre la flamme olympique avec des extincteurs lors d'un passage de témoin entre deux relayeurs au centre de Londres. Dans un incident séparé montré par les télévisions, survenu dans le même quartier, un manifestant a été plaqué au sol et arrêté après avoir tenté de s'emparer de la flamme alors qu'elle était portée par une présentatrice de la BBC télévision, Konnie Huq.

Vendredi 4 avril

Le badge de protestation dévoilé

JO - David Douillet a présenté vendredi midi au CNOSF le badge de protestation que les athlètes devraient porter lors de la cérémonie d’ouverture. Un message fort: «Pour un monde meilleur». Y figurera également les cinq anneaux olympiques et un extrait de la charte des Jeux. Pour inviter l’ensemble des athlètes présents à Pékin à arborer ce badge, Henri Sérandour, le président du CNOSF rencontre aujourd’hui en Chine, Jacques Rogge, le président du CIO.

Plus d’informations à venir sur le port du badge sur 20minutes.fr

Bernard Faure boycotte les Jeux

JO - Le consultant de France Télévisions pour l'athlétisme a annoncé dans les colonnes de «l’Equipe» qu’il ne se rendrait pas en Chine au mois d’août. Il refuse de commenter les JO pour protester contre la répression au Tibet. «Chacun, en sa conscience, doit décider de son attitude. Moi, je n'irai pas, mais il ne faut surtout pas empêcher les sportifs d'y aller (…) Cela a été une erreur de donner les Jeux à la Chine.»


Jeudi 3 avril

La flamme fait peur à l’Inde

DROITS DE L’HOMME - Il n’y a pas que les occidentaux à qui la flamme olympique brûle les doigts. L'Inde a décidé d'écourter le parcours de la flamme olympique, qui doit arriver à New Delhi le 17 avril. Le gouvernement craint des manifestations d'exilés tibétains contre la Chine. A l'origine, la torche devait être transportée sous très haute sécurité à New Delhi sur neuf kilomètres entre le Fort Rouge et la Porte de l'Inde, un arc de triomphe en plein cœur du quartier érigé dans les années 1920 par les Britanniques.


La politique de l’autruche du CIO

DROITS DE L’HOMME – Le Comité international olympique (CIO) a refusé de commenter jeudi la condamnation du dissident chinois Hu Jia condamné jeudi à trois ans et demi de prison pour «incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat» (traduction: écriture d’articles sur Internet et interviews à des médias étrangers) après un procès qui s'était déroulé sur une seule journée. «Cela relève de la loi chinoise et ne concerne ni les Jeux, ni le CIO», a expliqué Hein Verbruggen, président de la Commission de coordination du CIO chargée de conseiller Pékin dans sa préparation aux Jeux olympiques.

Pour entendre Hu Jia s’exprimer sur son pays, cliquez ici


Le bon air de Pékin
POLLUTION - Le Directeur technique national (DTN) du triathlon espagnol est homme prévoyant. En prévision des Jeux de Pékin, il vient de fournir à ses protégés des masques antipollution noirs du plus bel effet afin de se prémunir de l’air pékinois. «Nous apporterons ses masques à Pékin, mais nous ne concourrons pas avec», rassure Andreu Alfonso. Il vaut mieux, la photo parue dans «AS » donne un côté triathlète bâillonné.



La Chine chatouillée par Bertrand Delanoë

DROITS DE L’HOMME – Avec son idée de banderole déployée sur le fronton de l’hôtel de ville, le maire de la ville lumière a réussi à énerver le géant chinois. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères Jiang Yu y est allé de son petit conseil aux habitants de la capitale: «Le passage de la flamme à Paris est la gloire et l'honneur des Parisiens. C'est une opportunité pour eux de montrer leur amour pour l'esprit olympique.» Interrogée par des journalistes qui voulait savoir si l’idée de Delanoë constituait une «perturbation ou quelque chose qui porte atteinte au passage de la flamme», elle a répondu avec énervement: «Vous avez bien compris.»

Pour tout savoir sur le passage de la flamme à Paris, cliquez ici

Le boycott de la Norvège
DROITS DE L’HOMME - La Norvège met un peu plus la pression sur la Chine. Choqué par la répression au Tibet de ces dernières semaines, le ministre norvégien en charge des affaires sportives, Trond Giske, a annoncé que son pays pourrait boycotter la cérémonie d’ouverture des JO. «C'est un signal clair si on n'y va pas et la menace faite par plusieurs pays de ne pas y aller peut faire bouger les autorités chinoises», a-t-il déclaré. Un appel clair à la solidarité de ses voisins européens. Peut-être… La France n’a en tout cas toujours pas exclu l’idée d’un boycott.