VIDEO. Coupe de France: Le gardien des Herbiers révèle un secret sur la séance de tirs au but gagnée

FOOTBALL Une scène étonnante a eu lieu juste avant le début de la séance...

David Phelippeau

— 

La joie des Herbretais sur un des deux arrêts de Matthieu Pichot.
La joie des Herbretais sur un des deux arrêts de Matthieu Pichot. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Et si c’était ça qui avait fait la différence ? Matthieu Pichot est le grand bonhomme de la qualification des Herbiers, contre Lens (0-0, 4-2 t.a.b.), mardi soir, à la Beaujoire, pour les demi-finales de la Coupe de France. Le gardien de but vendéen, déjà auteur d’un arrêt de penalty à Auxerre au tour précédent, a sorti deux tirs au but nordistes lors de la série mardi soir.

>> A lire aussi : VIDEO. Les Herbiers sont à un match (une victoire) du stade de France... Oui, oui, vous ne rêvez pas!

L’entraîneur vendéen avait imaginé les tirs au but

« Quand je suis arrivé au club, ce n’est pas un spécialiste de cet exercice, estime le défenseur Quentin Bonnet. Mais, depuis deux ans, il est vraiment pas mal… » Pour ce match, Stéphane Masala sentait vraiment que l’issue de ce match se jouerait dans les gants de son portier. « On avait envisagé ce scénario avec les gars », sourit l’entraîneur vendéen. Beaucoup de vidéos sur les tireurs lensois avaient circulé.

>> A lire aussi : Coupe de France: Exploit des Herbiers, quelle triste soirée pour Lens

Une scène étrange avant la séance

Mais, avant le début de la série de tirs au but, un événement assez étonnant va retenir l’attention de beaucoup d’observateurs. Matthieu Pichot se cache sous une veste avec son entraîneur (des gardiens) Anthony Corre. Que regardent-ils ? Que visionnent-ils ? Pichot a raconté ce moment et dévoilé le mystère : « Il m’a mis un casque avec de la musique et des vidéos d’arrêts de gardien de but, notamment l’Italien Buffon. C’était une première et je n’étais pas au courant. Je pensais qu’il allait me montrer des vidéos de penaltys de joueurs lensois. J’ai été agréablement surpris et ça m’a motivé. J’ai vu plein d’arrêts de gardien. Je me suis dit : "Pourquoi pas moi ! ?" Ça m’a réussi… » Et Pichot a stoppé deux penaltys… et envoyé son club de National dans le dernier carré de la Coupe de France.