Les supporters marseillais ont déployé des banderoles pour dénoncer leur situation en France
Les supporters marseillais ont déployé des banderoles pour dénoncer leur situation en France — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

FOOTBALL

Girondins de Bordeaux: Les ultras reçoivent des messages de soutien après leurs nouvelles gardes à vue

Les supporters bordelais ont été arrêtés à une vingtaine de kilomètres de Marseille... 

Quarante-huit supporters bordelais ont été interpellés et placés en garde à vue à Marseille dimanche soir, alors qu’ils tentaient de braver l’interdiction préfectorale en se rendant au stade Vélodrome. Ils ont été interpellés par la police sur l’autoroute A7 à hauteur de Septèmes-les-Vallons, à une vingtaine de kilomètres du stade où s’affrontaient l’OM et Bordeaux.

>> A lire aussi : OM-Bordeaux: «On construit des parcages pour ne pas les utiliser», constatent les ultras après la nouvelle interdiction de déplacement

Selon une source proche de l’enquête, les 48 supporters se sont vus remettre une convocation par officier de police judiciaire, et pourront regagner Bordeaux dès dimanche soir par bus. Des interdictions de déplacements dénoncées comme « arbitraires, discriminatoires et liberticides » par les Ultramarines, qui ont « choisi le camp de la désobéissance civile ». Autour du stade Vélodrome dimanche soir, aucun acte délictuel ou violent n’a été en revanche constaté avant le match, selon la police.

Les supporters marseillais ont fait passer de nombreux messages aux instances pendant le match.
Les supporters marseillais ont fait passer de nombreux messages aux instances pendant le match. - Anne-Christine POUJOULAT / AFP

>> A lire aussi : Bordeaux: Malcom prend un match ferme de suspension pour sa simulation contre l'OL

Des personnalités bordelaises ont dénoncé ces nouvelles arrestations ainsi que les supporters marseillais avec de nombreuses banderoles lors du match. Parmi les réactions, on retrouve notamment l’ancien joueur des Girondins de Bordeaux Frédéric Guilbert, l’ex-entraîneur adjoint de Willy Sagnol, Patrick Guillou ou encore l’adjoint à la mairie de Bordeaux, Nicolas Florian.

>> A lire aussi : EXCLUSIF. «Ils nous ont matraqués, ils nous ont virés du stade comme des animaux», les ultras bordelais témoignent après leur garde à vue