Bordeaux-Amiens: Koundé-Pablo, cette défense improbable devenue un atout pour les Girondins

FOOTBALL Les deux défenseurs forment une paire redoutable toujours invaincue cette saison…

Clément Carpentier

— 

Jules Koundé (à gauche) et Pablo n'avaient pas joué une minute sous le maillot des Girondins cette saison avant le mois de janvier.
Jules Koundé (à gauche) et Pablo n'avaient pas joué une minute sous le maillot des Girondins cette saison avant le mois de janvier. — Patrick Hertzog - Nicolas Tucat / AFP
  • Pablo revient tout juste d’un prêt au Brésil où il a été élu meilleur défenseur du championnat fin 2017.
  • À 19 ans, Jules Koundé a joué son premier match avec les pros au début de l’année 2018.
  • Le duo forme une défense centrale très solide (1 but encaissé en trois matchs) et n’a toujours pas perdu cette saison.

L’un jouait encore au Brésil avec les Corinthians en novembre, pendant que l’autre continuait de briller en CFA, sans avoir sa chance avec les pros. Difficile donc d’imaginer, il y a seulement deux petits mois, que Pablo et Jules Koundé composeraient la future défense centrale des Girondins de Bordeaux. Et encore moins que cette improbable association devienne une réussite. Pourtant, c’est bien le cas, aujourd’hui.

>> A lire aussi : Strasbourg-Bordeaux: Les Girondins peuvent-ils à nouveau parler d'Europe?

Pablo, le retour en grâce

« Dans le foot, tout peut aller très vite », cet adage que les joueurs et entraîneurs aiment tant répéter, prend tout son sens avec l'histoire des deux défenseurs bordelais notamment le Brésilien. Arrivé à l’été 2015 aux Girondins en provenance de son pays natal, Pablo avait vécu un premier passage au club « très compliqué avec un temps de jeu réduit (19 matchs) et des problèmes de blessures (pubalgie). Il n’avait pas réussi à s’adapter et perdu confiance », se rappelle son compatriote, Carlos Henrique.

Reparti en prêt au Brésil en janvier 2017, le défenseur auriverde va littéralement exploser avec les Corinthians. Il remporte le titre national avec son club et surtout est élu meilleur défenseur du championnat. « On parlait même de lui pour la sélection, ajoute l'ancien capitaine des Marines et Blancs, j’étais d’ailleurs surpris que Bordeaux ne s’intéresse pas plus à lui alors que les dirigeants cherchaient un défenseur. » Ces derniers finissent tout de même par le rapatrier cet hiver au plus grand plaisir de Gustavo Poyet : « Je le connaissait un peu. C'est un joueur au profil complètement différent des autres. Très puissant et dur sur l’homme. » Et au point de devenir indéboulonnable à son poste depuis le match de Nantes.

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: Diego Contento, c'est 110.000 euros par mois pour zéro match de Ligue 1 cette saison

Jules Koundé impressionne tout le monde 

Son pendant en défense est tout simplement son opposé. Comme souvent. Moins puissant, moins physique mais plus technique et plus juste dans le jeu, le jeune Jules Koundé est tout aussi important pour les Girondins. À tout juste 19 ans, celui qui sort du centre de formation a su « saisir sa chance, pour l’attaquant Gaëtan Laborde, je suis fier de lui. Je pense qu’il en surprend plus d'un. » À commencer par son entraîneur : « Il m’impressionne. Il est entré dans le groupe dans une période difficile et on ne dirait pas qu’il a 19 ans. Il montre une maturité très surprenante pour son âge et sa mentalité est très bonne. »

À 19 ans, Jules Koundé fait preuve d'une grande maturité.
À 19 ans, Jules Koundé fait preuve d'une grande maturité. - Jean Sébastien Evrard / AFP

Lancé par Jocelyn Gourvennec en Coupe de France à Granville après la trêve, Jules Koundé s’est fait sa place en l'espace de quelques semaines en défense. Peut-il en devenir le patron ? « Pourquoi pas, s’il enchaîne les matchs, il va prendre un peu d’aura. Il a les épaules pour », répond Gaëtan Laborde. La paire Pablo - Koundé relègue en tout cas Paul Baysse sur le banc de touche. Et avec un but encaissé en trois matchs et trois victoires consécutives, la hiérarchie risque d'être dur à changer. Mais attention, on le répétera jamais assez : « Dans le foot, tout peut aller très vite ! »

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: «C'est l'échec d'un club», le président bordelais Stéphane Martin revient sur un mois de janvier complètement fou