LOSC: Junior Alonso, le roc de la défense lilloise

FOOTBALL Le défenseur central paraguayen est l'un des hommes forts du LSOC depuis le début de saison...

Francois Launay

— 

Junior Alonso, le défenseur lillois
Junior Alonso, le défenseur lillois — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Arrivé il y a un an dans le Nord, le défenseur s'est bien adapté à sa nouvelle vie. 
  • Il fait partie des joueurs importants de l'effectif nordiste pour cette deuxième partie de saison. 

Dans un club où l’instabilité règne en maître depuis plusieurs mois, Junior Alonso semble passer entre les gouttes. Arrivé le 31 janvier 2017 dans le Nord, le défenseur paraguayen va bientôt fêter sa première année en France. En presque un an, le joueur de 24 ans a déjà connu pas moins de cinq entraîneurs différents au LOSC (Collot, Passi, Bielsa, Sacramento et donc Galtier). Pourtant, tout semble glisser sur lui dans sa découverte de l’Europe, de la France et de Lille.

Titulaire indiscutable depuis le début de saison

« Ma famille et moi sommes heureux ici. La ville est belle. Je suis content. Tout va bien ici dans le Nord. Même chose dans le club. Je me sens très bien au LOSC », se réjouit Alonso

Si le Paraguayen reste serein dans la tempête actuelle que traverse le club, c’est aussi parce qu’il a parfaitement réussi son intégration en Ligue 1. Titulaire indiscutable depuis le début de saison, en défense centrale ou parfois au poste de latéral gauche, le défenseur est devenu indispensable.

>> A lire aussi : LOSC: Pourquoi le départ annoncé de Martin Terrier arrange Christophe Galtier

Galtier aimerait qu’il communique plus

« Junior est un très grand professionnel qui fait partie des joueurs les plus matures du vestiaire avec une capacité d’analyse sur ses performances mais aussi sur celle de l’équipe. C’est un joueur avec lequel je discute beaucoup car il est sur un poste où l’on voit le jeu. Lui, comme l’autre défenseur central qui l’accompagne, doivent être des garants de l’efficacité mais aussi d’un état d’esprit. Mais ce sont aussi des joueurs qui doivent beaucoup plus communiquer. Et c’est ce que je leur ai demandé très rapidement quand j’ai pris mes fonctions », raconte Christophe Galtier, l’entraîneur lillois.

Pour mieux communiquer, Alonso doit encore maîtriser la langue française qu’il comprend mais ne parle pas. Il doit aussi monter en puissance après un début de saison compliqué comme l’ensemble de son équipe. « Si l’équipe pouvait retrouver le Junior de la saison passée qui a été performant sur la deuxième partie de saison ce serait bien pour lui et bien pour nous », poursuit Galtier. Au vu de ce que le Paraguayen a montré depuis le début d’année, et surtout samedi dernier à Caen, il semble sur la bonne voie.