Œil de Moscou: Vainqueur de l'Euro 96, Matthias Sammer dit avoir appartenu à la Stasi

FOOTBALL L’ancien joueur allemand a révélé à « Bild » qu’il a été enrolé par la tristement célèbre Stasi dans sa jeunesse…

W.P, avec AFP

— 

Matthias Sammer
Matthias Sammer — Pixathlon/SIPA

C’est une révélation digne des meilleurs films d’espionnage sur l’époque de l’Allemagne scindée en deux camps : l’ancien international Matthias Sammer, vainqueur de l’Euro 96, a révélé à Bild avoir appartenu dans sa jeunesse à un régiment subordonné au ministère de la sécurité d’État de l’ex-RDA communiste, la tristement célèbre Stasi.

« Il y avait des contraintes auxquelles on ne pouvait pas se soustraire », a raconté l’ex-joueur, avant d’ajouter : « évidemment c’était triste et ça faisait partie d’un mauvais système, mais nous n’avions pas le choix ».

Son père avait été écarté de l’équipe de RDA pour des raisons politiques

Sammer, qui n’a cependant jamais eu à espionner ses compatriotes, s’est retrouvé à 19 ans enrégimenté, ce qui lui a permis de poursuivre sans encombre sa carrière de sportif de haut niveau, dans un pays qui exigeait de ses citoyens une fidélité totale au parti et au système politique.

Son père Klaus, international est-allemand, avait été écarté de la sélection pour les Jeux olympiques 1972 et pour le Mondial 1974 en Allemagne de l’Ouest, alors qu’il avait disputé tous les matches de qualification, parce qu’il avait refusé d’adhérer au SED, le « Parti socialiste unifié », avatar est-allemand du parti communiste.

« Les joueurs du Dynamo Dresde étaient affiliés à un régiment de garde », poursuit Matthias Sammer, 50 ans et aujourd’hui consultant à la télévision, ce qui leur permettait « d’échapper à un service militaire actif » et de se consacrer pleinement à leur carrière sportive. « Je n’ai jamais vu une arme et je n’ai jamais participé à un exercice », a conclu l’ancien vainqueur de la C1 avec Dortmund.