Ligue des champions: Manchester City favori ? Merci, mais très peu pour Pep Guardiola

FOOTBALL Le club anglais est injouable en ce début de saison...

N.C. avec AFP

— 

Pep Guardiola en conférence de presse à la veille de City-Feyenoord, le 20 novembre 2017.
Pep Guardiola en conférence de presse à la veille de City-Feyenoord, le 20 novembre 2017. — Martin Rickett/AP/SIPA

Onze victoires en douze matchs de Premier League, quatre lors des quatre premières journées de Ligue des champions... C'est peu dire que Manchester City écrase la concurrence depuis le début de saison. De quoi en faire un des favoris à la victoire finale en C1, selon beaucoup. 

L'entraîneur de Naples Maurizio Sarri, battu deux fois en C1 par City malgré les éloges de Pep, ou celui de Leicester, Claude Puel, sont ainsi les deux derniers techniciens en date à affirmer que l'équipe de Pep Guardiola, qui reçoit Feyenoord mardi, est à l'heure actuelle la meilleure d'Europe.

«Je leur dis à tous les deux merci beaucoup, a réagi le technicien espagnol, dont l'équipe reste aussi sur 18 matchs sans défaite. Pour Manchester City, une équipe qui doit encore écrire son histoire au niveau européen, c'est une grande victoire. Cela ne veut pas dire que nous sommes favoris pour remporter la Ligue des champions mais c'est bien, ça signifie qu'on fait bien certaines choses».

Merci... mais non merci pour cette étiquette, quoi. «Evidemment les gens disent que les équipes favorites sont le FC Barcelone, le Bayern Munich, le Real Madrid ou d'autres. Que les gens nous placent parmi eux est un grand honneur. Mais ça ne veut pas dire qu'on ait fait quoi que ce soit, parce que ce n'est pas le cas», a-t-il poursuivi.

Des blessés à la pelle

Guardiola a notamment insisté sur les nombreux blessés dans son équipe, alors que Manchester City va devoir disputer 13 matchs d'ici le 2 janvier: «On n'a pas un gros effectif», a-t-il regretté. «C'est vraiment dommage d'avoir perdu Vincent Kompany pour un mois et demi, et maintenant John Stones (absent 4 à 6 semaines, ndlr). Pour remporter des titres on a besoin de toute l'équipe, surtout des joueurs importants comme John et Vinny».

Avec un tel calendrier dans le mois à venir, l'entraîneur de Manchester City, qui compte huit points d'avance en Premier League sur son plus proche poursuivant, son voisin de Manchester United, pourrait faire appel à des jeunes, comme le milieu anglais Phil Foden (17 ans), le milieu espagnol Brahim Diaz (18 ans) ou le défenseur anglais Tosin Adarabioyo (20 ans).