« Gatlin et moi, c’est radicalement différent », suspendu pour dopage, Quentin Bigot partisan du deux poids, deux mesures

ATHLETISME Le lanceur de marteau français ne voit pas de similitude entre son cas et celui de Gatlin...

A.L.G.

— 

Quentin Bigot, le lanceur de marteau français, est en lice aux Mondiaux 2017 de Londres.
Quentin Bigot, le lanceur de marteau français, est en lice aux Mondiaux 2017 de Londres. — FRANCK FIFE / AFP

Elle est pas mal celle-là ! Interrogé dans les colonnes de L’Equipe, le lanceur de marteau français Quentin Bigot, contrôlé positif à un stéroïde anabolisant en 2014 et suspendu deux ans, a réagi à la polémique qui a suivi la victoire de Justin Gatlin en finale du 100m au détriment du maître Usain Bolt.

>> A lire aussi : Mondiaux d'athlétisme: «C'est inhumain et antisportif», l'agent de Justin Gatlin furieux contre le président de la Fédé

Lorsque le journaliste lui a demandé s’il craignait, à l’instar du sprinteur américain, qu’on lui rabâche cette histoire de dopage tout au long de sa carrière, Quentin Bigot a acquiescé, même s’il a la sensation que pour lui « les choses se tassent un peu. »

Mais il ne s’est pas arrêté là. Et c’est là que les choses deviennent croustillantes. « Je me suis bien sûr intéressé à son histoire : Justin Gatlin et moi, c’est radicalement différent. Lui a été contrôlé positif deux fois. » Et lui, une, donc.

Alors, certes, la différence est réelle puisque l’un a triché une fois et l’autre deux, mais faut-il pour autant y voir un monde d’écart entre les deux comportements ? A priori oui, selon le lanceur français : « Moi, je suis d’ailleurs favorable à ce que les athlètes soient suspendus à vie dans un tel cas de figure. »

De son côté, l’athlète jure être passé à autre chose. Mieux, il espère avoir souvent l’occasion de prouver qu’il est clean.

Je suis revenu proprement, je tiens à me faire contrôler le plus souvent possible et être sur des listes pour prouver ma bonne foi. »

De retour à la compétition lors des Mondiaux de Londres, Quentin Bigot prône le droit au pardon, mais au pardon en cas de non-récidive seulement, donc. Deux poids, deux mesures, en gros… Et si on bannissait à vie ceux qui ont été contrôlés positif tout court ? C’est une question qu’il faudra lui poser la prochaine fois.