Bastia: Bientôt relégué en National 3, le SCB connait ses futurs repreneurs

FOOTBALL Le club corse, bientôt relégué en National 3, accueille l’ancien coach de Lille dans l’équipe dirigeante…

M.C.-V. avec AFP

— 

Frédéric Antonetti le 15 février 2012 à Lille.
Frédéric Antonetti le 15 février 2012 à Lille. — 20 MINUTES/SIPA

Les allées du stade Armand-Cesari, où évolue le Sporting Club de Bastia, s’apprêtent à accueillir à nouveau Frédéric Antonetti. L’entraîneur de 55 ans était déjà passé par la Corse comme joueur, puis comme coach au tournant des années 2000.

>> A lire aussi : Salariés sur le carreaux, dépôt de bilan et rétrogradation en National 3, le Sporting Club de Bastia vit des heures sombres

Antonetti va tenter de remobiliser les supporters corses au moment où le SC Bastia traverse une crise majeure. Le club insulaire, lanterne rouge de Ligue 1 à la fin de la saison dernière, a été renvoyé directement en Nationale 3 pour cause de dette colossale (20 millions d'euros).

Le groupe de repreneurs est notamment composé du président de la Chambre de commerce et d'industrie de Haute-Corse Jean Dominici, de Pierre-Noël Luiggi, du président d'Oscaro, sponsor maillot du club en Ligue 1, et de Frédéric Antonetti, ancien entraîneur du SCB. Il compte également dans ses rangs la quasi-totalité des chefs d'entreprises qui composaient le consortium de repreneurs alors que le club avait été rétrogradé sportivement en Ligue 2.

Cinq ans pour retrouver l'élite

Un audit financier de l'association Sporting Club de Bastia va être réalisé dans les prochains jours. C'est cette association qui sera désormais l'entité juridique du club.

La SASP (l'entité professionnelle du SC Bastia) va déposer le bilan devant le tribunal de commerce et sera probablement placée en liquidation judiciaire par ce dernier des 20 millions d'euros de dettes.

>> A lire aussi : Bastia en National: «Si chacun doit donner 10 euros, on le fera», réagit Pascal Olmeta

Les repreneurs disent se donner cinq ans pour que le club retrouve l'élite et son statut professionnel, un pari audacieux. Ils ne donnent cependant aucune indication sur l'avenir des cent salariés du club.