Tour de France 2017: Blessé à l’épaule, Cavendish est contraint à l’abandon

CYCLISME Peter Sagan, accusé d’avoir provoqué d’un coup de coude la chute du Britannique, a été exclu du Tour…

N. Se. avec AFP
Le coureur britannique Mark Cavendish, blessé lors du sprint final de Vittel pendant la 4e étape du Tour de France le 4 juillet 2017.
Le coureur britannique Mark Cavendish, blessé lors du sprint final de Vittel pendant la 4e étape du Tour de France le 4 juillet 2017. — STEPHANE MANTEY / POOL / AFP

Nouveau coup dur pour le Tour de France 2017. Ce n’est pas un mais deux de ses meilleurs sprinters que perd la compétition. Après l’éviction du champion du monde Peter Sagan à la suite de son sprint plus que houleux à Vittel qui a entraîné la chute à pleine vitesse de Mark Cavendish, c’est au tour du Britannique d’être contraint de quitter les routes de la grande boucle. Avec beaucoup de regret, l’équipe Dimension Data a confirmé tard mardi soir le forfait de Mark Cavendish en raison d’une fracture de l’épaule droite. Il reste à ce jour le coureur en activité qui compte le plus grand nombre de succès d’étape (30).

Le sprinter britannique de 32 ans, a donc été blessé dans la chute survenue mardi à l’arrivée de la 4e étape. Après les premiers examens, « Cav » s’était dit « pas très optimiste » sur ses chances de continuer la course au-delà de la quatrième étape : « En termes de douleur, je me suis déjà blessé deux fois à l’épaule auparavant et cela est plus douloureux maintenant que cela l’avait été. Son entourage, lui, voulait garder espoir. Le médecin de son équipe Dimension Data avait précisé que les premières radios ne révélaient » ni dislocation ni fracture". Mais Cavendish est allé ensuite à l’hôpital pour passer d’autres examens qui ont permis de conclure à une fracture.

Un sentiment de gâchis pour le sprinter, après une saison qui l’a vu gagner quatre étapes du Tour de France et décrocher sa première médaille aux JO (argent de l’omnium sur la piste de Rio). Cavendish, annoncé sur le déclin (1 seule étape en 2015), avait surgi de plus belle l’an passé en s’imposant à quatre reprises au sprint. Il avait aussi porté pour la première fois de sa carrière le maillot jaune (une journée), de son propre aveu l’une des grandes émotions de sa très riche carrière.